Réforme de la formation des enseignants : Un nouveau départ pour les IUFM

- C'est ce que déclare la Conférence des directeurs d'IUFM dans un communiqué

« Pour les IUFM, ce ne sera pas -comme certains en rêvent- une fin, mais un nouveau départ », annonce la Conférence des directeurs d’IUFM, suite au discours de Nicolas Sarkozy, lundi 2 juin 2008. « Les IUFM sont prêts à relever le défi de l’élévation qualitative de la formation des enseignants », ajoute-t-elle. Dans un communiqué, la CDIUFM précise les points incontournables de tout projet ayant pour ambition la formation universitaire mais aussi professionnelle des enseignants. Ainsi, elle se félicite « de la prise de décision politique de reconnaître la formation initiale des enseignants par un diplôme universitaire de master ».

Pour elle, cela garantira un « haut niveau de qualité ». Et d’expliquer qu’ « aujourd’hui, quatre années de formation académique, dont la dernière est une année de bachotage, sont trop fortement déconnectées d’une année de formation professionnelle. (…) Un cursus cohérent de master en deux années de formation universitaire articulant étroitement formation académique et formation professionnelle est donc nécessaire. » Toutefois, pour la CDIUFM, un recrutement à bac+5 va différer d’une année l’insertion dans la vie professionnelle.

Le risque : freiner la vocation des étudiants matériellement les plus en difficulté voire réduire le vivier des étudiants se destinant aux professions enseignantes. Elle demande donc pour corriger cela, la mise en place de mesures d’aide socio-économique. Par ailleurs, elle rappelle que les IUFM « sont une des composantes universitaires. Il n’y a donc plus lieu d’opposer les IUFM aux universités » en vue de leur intégration. L’objectif avancé est de « mettre l’ensemble des ressources et des compétences actuellement réparties entre les IUFM et les autres départements universitaires au service de la construction d’une formation des enseignants ».

Les réalités avancées par Nicolas Sarkozy, à savoir « exercice de l’autorité devenu plus difficile », « complexité croissante » de la mission des enseignants, exigence de « pédagogies de plus en plus différenciées » « plaident pour une formation professionnelle et académique de haute qualité dans laquelle les composantes IUFM des universités ont toute leur place », rappelle la CDIUFM. En revanche, elle avertit que « mettre en place des masters à caractère exclusivement académique, renvoyant la formation professionnelle au compagnonnage pendant la première année d’exercice reviendrait à fragiliser davantage les jeunes enseignants et à appauvrir la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves qui leur sont confiés ».

Source : CDIUFM

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.