Service minimum d’accueil : Pas de négociations avec les syndicats selon Darcos

- Le ministre estime que sur ce dossier ses interlocuteurs sont les communes

Interrogé lundi 5 mai 2008, sur Europe 1 à propos des protestations syndicales depuis son annonce d’une nouvelle mise en place du service minimum d’accueil (SMA) le 15 mai, Xavier Darcos a déclaré qu’il ne les consulterait pas à ce sujet. « Mon interlocuteur, c’est la commune », a-t-il répété. Une première expérimentation avait été effectuée à l’occasion de la grève unitaire du 24 janvier dernier.

Le résultat avait été mitigé avec la participation de 2 000 communes sur les 22 000 ayant une école sur leur territoire. Pour le 15 mai, l’UMP a donc décidé de se mobiliser en demandant aux élus locaux, de droite comme de gauche, de soutenir la mise en place de ce dispositif. Interrogé sur France 2 à ce propos, Jack Lang a lancé « C’est de la frime ».

« C’est surtout du camouflage des échecs que rencontre le gouvernement dans le domaine de l’éducation », a-t-il ajouté. De même, Gérard Aschieri, secrétaire national de la FSU, a déclaré que « le succès de la première expérience, en janvier dernier, n’a pas été tel que cela justifie qu’on y revienne ». « D’ailleurs, si cet essai avait été concluant, le gouvernement en aurait fait beaucoup plus en termes de communication », a-t-il souligné.

Pour le syndicaliste, « c’est un chiffon rouge brandi pour cacher nos autres revendications ». En revanche, Anne Kerkhove, présidente de la PEEP, s’est prononcée en faveur du service minimum d’accueil. « L’Education nationale est un service public », elle « se doit d’accueillir tous les enfants », a-t-elle fait valoir. Enfin, Bertrand Delanoë a réitéré son refus d’organiser un service minimum pour accueillir les enfants en primaire.

Source : Le Journal du Dimanche, Reuters, La Tribune

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.