« Je ne vois pas comment changer une loi de finances votée à l’automne dernier », a déclaré Xavier Darcos, le 16 avril 2008, sur France Inter. « Il faut que tout ceci s’arrête, il faut que l’on parle au fond. On ne règlera pas les problèmes de l’école par des monômes tous les deux jours dans les rues de Paris « , a-t-il ajouté.

Le ministre invite donc « chacun à prendre ses responsabilités, à ne pas trop pousser l’angoisse de la jeunesse, que je comprends, à des fins qui sont autres que pédagogiques ». Et de répéter qu’il faut arrêter de croire qu’il est nécessaire de « continuer à augmenter les moyens pour que l’école marche mieux ».

Dans une interview publiée mardi 15 avril 2008, dans le Figaro, le ministre souhaitant replacer le débat sur le fond a proposé de « redéfinir l’articulation entre le temps scolaire, le temps d’accompagnement des élèves et le temps du travail autonome ».

Les syndicats lycéens campent sur leur position et appellent à une nouvelle manifestation à Paris jeudi. Ils reprochent toujours au ministre de l’Education de vouloir appliquer une logique purement comptable.

Source : AP, Reuters, Le Figaro