Le site Fabula se fait l’écho de cette information , qui commence à inquiéter le monde enseignant. Une journée de réflexion intitulée : « Faut-il renoncer aux concours ? » est même organisée le 13 juin prochain à l’université Paris-7.

Un projet ficelé de réforme existe-il actuellement ? Non, il devrait être remis au gouvernement avant l’été. M. Sherringham a néanmoins déjà présenté ce qui pourrait être l’esquisse de ses grandes lignes : en gros, l’agrégation serait épargnée, et le CAPES serait simplifié.

Le CAPES serait davantage un concours de culture générale. Mais alors comment prendre en compte la grande diversité des disciplines et des épreuves ? Ne serait-ce par exemple qu’entre le CAPES de lettres modernes et celui de lettres classiques, où passeraient alors les épreuves de langue ancienne ? Et l’ancien français ?