Sélectionner une page

Pourquoi l’innovation pédagogique serait-elle réservée aux ghettos ?

– Muriel Quoniam, présidente de l’association Icem – Pédagogie Freinet pose la question

Pourquoi l’innovation pédagogique serait-elle réservée aux ghettos ?

Le 18ème salon national Pédagogie Freinet a eu lieu les 26 et 27 mars 2008 à Nantes. Organisé par l’association Icem (Institut coopératif de l’école moderne) – Pédagogie Freinet, ce salon avait pour thème « Une école pour tous ? ». A cette occasion, Muriel Quoniam, présidente de l’association Icem (Institut coopératif de l’école moderne) – Pédagogie Freinet, a livré son sentiment sur le sujet en répondant à l’AEF.

Selon elle, en matière d’innovation pédagogique, « le ministère propose, essaie, mais seulement pour une minorité d’élèves, et tous en situation d’échec ». « Pourquoi l’innovation pédagogique serait-elle réservée aux ghettos, là où tout a échoué ? », s’interroge-t-elle. Et d’ajouter, « Ce n’est pas l’idée que nous défendons (…) Pour nous, il faut retrouver dans les classes un mélange, une hétérogénéité ».

D’ailleurs, « grâce aux travaux de recherche qui ont accompagné l’école expérimentale de Mons-en-Bareuil, dans le Nord, nous avons désormais des points d’appui scientifiques, théoriques, et non plus seulement militants, qui montrent que cette pédagogie permet d’apprendre et de faire son chemin », explique Muriel Quoniam.

L’association Icem-Pédagogie Freinet compte « actuellement 30 écoles Freinet, mais nous évaluons également à 3% le nombre d’instituteurs d’écoles ‘traditionnelles’ qui pratiquent la pédagogie Freinet ».

Source : AEF

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...