Hors-série Santé
Fatigue des enseignants : la décrypter pour la soigner (4/8)

Lessivé, épuisé, vanné… Les termes pour qualifier l’état de fatigue ne manquent pas. Sur les blogs, dans les salles des professeurs comme au sein des enquêtes de santé au travail, la fatigue des enseignants est une notion récurrente. Complexe, multiforme, elle déroute et décourage. Comment faire pour la soigner ?

En 2005, une enquête menée par le SNES-FSU auprès de 2200 enseignants du secondaire révélait que près de la moitié d’entre eux se disaient « fatigués » par leur rythme de travail et par le bruit. Dans cette même étude, on apprenait également que 17% des personnels interrogés avouaient avoir « en permanence du mal à récupérer physiquement après une journée de travail ». Liée de près au « stress provoqué par l’attitude des élèves mais aussi par la difficulté à faire réussir leurs élèves » (selon le syndicat à l’origine de l’enquête), cette fatigue semble inhérente au métier d’enseignant.

Qu’est-ce que la fatigue ?

« Le problème n’est pas tant de traiter la fatigue que de la définir et de trouver son origine », entame ce professeur de médecine interne (1), responsable de la consultation « fatigue » d’un grand hôpital parisien. « Le terme est tellement galvaudé ! Certains l’emploient pour dire qu’ils sont tristes, soucieux, démotivés, qu’ils ont un souci digestif, respiratoire, auditif, vocal, articulaire, des pannes sexuelles. On en oublierait presque que la fatigue n’est pas une maladie en elle-même, mais la conséquence d’un trouble de santé ». Ainsi, pour cet expert, point de recette anti-fatigue à acheter sur les présentoirs des officines « au rayon des vitamines, des compléments alimentaires ou des stimulants ». Ni d’empirisme et encore moins d’automédication. Mais quelques bons réflexes à adopter.

Au premier rang de ceux-là : « oser se regarder dans la glace et se poser les vraies questions », insiste le praticien hospitalier. « Si l’on a mal à un endroit précis, si l’on a perdu du poids, si l’on est sans énergie au réveil, alors il est essentiel d’en parler clairement à son généraliste. Et d’évoquer, précisément, les symptômes ressentis. Neuf fois sur dix, le médecin traitant trouve la solution ou, tout au moins, l’origine médicale de cet état ».

Défaut d’estime et problèmes de sommeil

L’origine de la fatigue des enseignants, « c’est essentiellement du côté des problèmes psychologiques qu’il faut aller la chercher », assure le professeur. « Confrontés à l’ingratitude ou à l’irrespect des élèves les enseignants sont en proie à de lourdes souffrances existentielles et à un défaut d’estime qui peuvent prendre la forme d’une démotivation, d’un désinvestissement voire d’une dépression ». Pour cela encore, le spécialiste n’a qu’un conseil : consulter. Et met en garde tous ceux qui seraient tentés de prendre le même traitement que celui du collègue « également passé par là ».

Autre source de fatigue récurrente chez les professionnels de l’éducation : les problèmes de sommeil. « Au-delà des insomnies, la qualité du sommeil peut être altérée pour différentes raisons. Des apnées ou des phases d’agitation intempestives peuvent bousculer, voire interrompre le cycle de sommeil d’un individu et le priver de repos ». Là aussi, seul le suivi médical peut aider la personne à vaincre ses troubles. « Tout en sachant qu’un traitement pour dormir n’est pas la panacée », souligne le praticien.

Lorsque la fatigue n’est liée à aucune de ces deux causes, ni à une maladie infectieuse (mononucléose, hépatites) clairement identifiée, « alors seulement une consultation dans un service hospitalier s’impose ». Reste que « dans la grande majorité des cas, la fatigue, si compliquée soit elle, trouve une réponse dans la vie de tous les jours que chacun doit analyser lui-même avant d’aller se confier au généraliste », tempère le médecin.

Marie-Laure Maisonneuve

 

(1) Qui, par déontologie, a souhaité conserver l’anonymat.

Sommaire Hors-série

Une prise en charge médicale des enseignants ‘insuffisante et disparate’ (1/8) >> article

Comment faire quand ça va mal ? (2/8) >> article

Maladies contagieuses : comment se protéger ? (3/8) >> article

Fatigue des enseignants : la décrypter pour la soigner (4/8) >> article

Quand la mâchoire fonctionne mal… (5/8) >> article

Les troubles musculosquelettiques : un enjeu majeur de santé (6/8) >> article

Tous égaux devant les troubles mentaux (7/8) >> article

Conduites d’alcoolisation : les enseignants plus fragiles ? (8/8) >> article

Partagez l'article

1 commentaire sur "Hors-série Santé
Fatigue des enseignants : la décrypter pour la soigner (4/8)
"

  1. Pénélope  17 novembre 2013 à 14 h 21 min

    Bonjour !
    Je viens de découvrir avec bonheur votre site qui m’intéresse beaucoup !
    Enseignante RASED en ZEP
    55 ans, ouverture droit à la retraite 56 ans
    Je suis actuellement en CLD dépression, vous est-il possible de m’expliquer ce qu’est exactement un poste adapté ou un poste aménagé : temps de travail, traitement, congés si je n’enseigne plus. (par exemple travail dans une association reconnue par l’éducation nationale…) l’évolution de mon échelon , l’impact sur la date de prise de retraite, la pension…
    MERCI Beaucoup
    PénélopeSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.