Harcèlement entre élèves : mieux vaut prévenir…

Selon l'Observatoire international de la violence scolaire1, près de 10% des élèves seraient victimes de harcèlement de la part d'autres enfants ou adolescents de leur établissement. Comment les repérer et désamorcer cette violence ? Pour Claudine Vuong2, proviseur de la cité scolaire Paul Valéry3 à Paris, tout passe par la prévention et le travail d'équipe.

Comment repérer les souffre-douleur ?

C’est assez difficile, dans la mesure où les symptômes peuvent être multiples. Il faut donc être attentif à toute modification de comportement, qu’il s’agisse des résultats scolaires ou de l’attitude dans la cour. La vigilance doit s’exercer dès qu’un élève vient se plaindre régulièrement de quelque chose, se rend fréquemment à l’infirmerie ou commence à manquer l’école. Tout le travail de l’équipe éducative consiste alors à analyser l’incident pour voir si les dysfonctionnements constatés peuvent être attribués ou non à une souffrance d’enfant.

Les victimes de harcèlement osent-elles en parler ?

Cela dépend. On travaille, justement, à encourager cette spontanéité de témoignage. Nous réservons, par exemple, un accueil privilégié aux enfants qui entrent en 6ème pour qu’ils aient confiance dans les adultes, quels qu’ils soient. Qu’il s’agisse du CPE, de leur professeur principal, de l’assistante sociale ou de l’infirmière, il y aura toujours un adulte pour les écouter s’ils ont un problème. Et nous travaillons beaucoup à les convaincre de nous parler. Mais, s’ils ne parlent pas, c’est à nous d’être attentifs.

Comment réagir lorsque les soupçons se confirment ?

L’objectif est de ne jamais en arriver là. Car, lorsqu’un enfant se retrouve réellement en situation de souffre-douleur, c’est très grave. L’action que nous devons mener est donc préventive. Nous organisons des réunions entre adultes, aussi fréquentes que nécessaire. Encore une fois, il est important d’y impliquer toute l’équipe, car le regard doit être pluricatégoriel. Si l’on estime que l’on est en train de s’acheminer vers un cas de harcèlement, on effectue un travail collectif avec les élèves, une heure de vie de classe sur le sujet, pour apprendre à vivre en groupe, accepter la différence, respecter l’autre, respecter la règle…

Faut-il sanctionner les élèves coupables de harcèlement ou cela risque-t-il de porter préjudice à leur victime ?


Tout est affaire d’échelle. Tant que l’on en reste au niveau de la chamaillerie, nous nous cantonnons à l’explication. Mais les cas plus graves peuvent, évidemment, mériter sanction. C’est un vrai travail éducatif qui doit être mené, avec fermeté si nécessaire. Car éducatif n’a jamais signifié mou ! Mais, au risque de me répéter, l’objectif est de ne pas en arriver là. Parfois, malheureusement, tout cela ne suffit pas. La victime démissionne, elle finit par quitter l’établissement. C’est pour éviter ce type d’échec que la vigilance de toute une équipe s’impose en permanence. Car le risque est permanent.

Peut-on définir un profil type du souffre-douleur ?

Ce phénomène survient davantage au collège qu’au lycée, et plutôt plus en seconde qu’en terminale. Pour le reste, la seule constante pour les enfants souffre-douleurs, c’est qu’ils sont perçus comme différents des autres et vulnérables dans leur différence. A part ça, il n’y a pas plus de garçons que de filles, ou de petits que de grands.

                                       Propos recueillis par Patrick Lallemant


1 : Site de l’Observatoire international de la violence scolaire.
2 : Claudine Vuong a également été pendant deux ans conseillère du recteur de Paris sur les questions de vie scolaire.
3 : Site de la cité scolaire Paul Valéry.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.