Enseignement de la Shoah : les parrainages d’enfants abandonnés

- D’autres pistes sont étudiées

L’idée de Nicolas Sarkozy de faire parrainer par des CM2 chaque enfant juif de France victime de la Shoah est abandonnée. Les personnalités chargées par le ministre de l’Education Xavier Darcos de réfléchir à la question, réunies mercredi 27 février 2008, ont déclaré privilégier « d’autres pistes de réflexion ». L’idée du parrainage d’une victime par un élève ou par une classe était « partie d’une sincère émotion du président » mais « ce n’était pas praticable car il y a 11 500 enfants juifs de France et 600 000 élèves en CM2 », a déclaré l’historien et cinéaste Claude Lanzmann à la sortie de la table ronde.

Simone Veil, présidente d’honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, a plaidé pour « inciter à faire des travaux qui permettent aux enfants de se grouper dans une classe non pas vers un enfant en particulier mais vers telle situation dans telle ville ». « Il n’y a rien de très précis de décidé, mais la volonté de tous d’arriver à améliorer ce qui est déjà très bien fait par les professeurs », a-t-elle poursuivi.

Hélène Waysbord-Loing, chargée de la mission pédagogique sur la question, a annoncé que des propositions seraient faites d’ici deux mois. « Il ne faut pas faire de la commémoration, du rituel, parce que l’école n’est pas le lieu de cela. L’école est le lieu où l’on construit un savoir, où l’on apprend aux élèves à rechercher, à enquêter », a-t-elle rappelé. « Ce qu’il va y avoir de nouveau, c’est la mise à disposition (…) de documents de référence et d’un inventaire de toutes les sources disponibles pour faciliter le travail des enseignants », a-t-elle précisé.

Xavier Darcos a annoncé que le travail aboutirait « sans doute » à « un texte, une circulaire » qui « donnera des pistes », associé à un site Internet pédagogique pour « trouver des lieux de mémoire, des noms des personnes disparues, des endroits où des archives peuvent être consultées » sur la base des « travaux de Serge Klarsfeld ». « Il s’agit de transformer une bonne idée en bonne pratique », a-t-il résumé, estimant que l’initiative du président avait été « mal comprise ».

Source : Le Monde, Libération, AP

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.