L’Etat ne sait pas recruter

- Un rapport propose de remplacer les procédures de recrutement de la fonction publique d'Etat

L’Etat ne sait pas recruter. Tel est le constat d’un rapport remis mardi 19 février 2008, aux ministres Eric Woerth et André Santini par Corinne Desforges, inspectrice générale de l’administration. Son auteur souligne que le système des concours, quasi inchangé depuis soixante ans, est « lourd, éclaté, peu et mal piloté » et valorise « trop les savoirs académiques ». De même, ce système atteint ses limites, car « l’Etat sélectionne ses agents au lieu de les recruter » via des concours « qui sont des machines à sélectionner des candidats sans objectif précis en termes d’emplois à pourvoir ».

Le rapport recommande donc de s’inspirer du secteur privé en définissant « préalablement au recrutement » les profils recherchés. Il préconise la création d’un « référentiel interministériel de recrutement ». Il propose également le recours accru aux tests psychologiques et aux centres d’évaluation des compétences et la création d’un bac professionnel « métiers de la fonction publique ». Des recommandations encore plus audacieuses sont également formulées. En effet, le rapport préconise que les concours par corps soient remplacés par des concours par niveau et filière professionnelle.

L’affectation se ferait alors par rapprochement avec les besoins des ministères employeurs et sur les bassins d’emploi locaux, sur le modèle des listes d’aptitude déjà en vigueur dans la fonction publique territoriale. En fonctionnant de la sorte, l’administration choisirait elle-même ses recrues. Actuellement, c’est le candidat, en fonction de son classement au mérite, qui choisit son affectation après concours ou après école.

Le ministère de l’Education nationale a tenu à préciser que les principaux concours « ont vocation à persister ». « Le principe de recrutement par concours des agrégés et des certifiés, il n’y a pas de raison qu’il disparaisse », a expliqué l’entourage de Xavier Darcos, tout en reconnaissant qu’il y aurait une « évolution dans la formation ».

Source : Les Echos

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.