Pour le chef de l’Etat, l’utilisation des textos par les élèves a des conséquences néfastes sur l’apprentissage de l’orthographe. En effet, Nicolas Sarkozy déplore « la langue du texto » utilisée par plus de la moitié des 3,5 millions de collégiens équipés d’un téléphone portable. Il souhaite que les enseignants en expliquent les ravages.

« Dans les copies, les ‘c’est’ se transforment parfois en ‘c’ et les ‘qui’ en ‘ki' », constate Martine Louveau, professeur de français et coordinatrice de ZEP. Toutefois, même si la majorité des enseignants s’accordent sur la baisse du niveau en orthographe, tous ne blâment pas pour autant les textos. Ainsi, pour expliquer cette baisse de niveau, Martine Louveau souligne que « l’enseignement de l’orthographe est passé au second plan pour mettre l’accent sur la compréhension, la littérature ».

De même, André Chervel, historien de l’éducation et linguiste, reconnaît une possible influence de l’écriture abrégée sur l’orthographe, mais situe le déclin du niveau à la fin des années 1970 ou au début des années 1980, bien avant les SMS. Pour sa part Viviane Youx, présidente de l’Association française des enseignants de français, voit les choses autrement. En effet, elle estime que « le succès du SMS et des ‘chats’ témoigne du grand attachement des Français pour l’écrit ».

Source : Le Figaro