Polémique sur le site qui note les professeurs

En deux semaines d’existence, note2be.com1 est devenu le site dont tout le monde parle. En proposant aux élèves de noter leurs professeurs, en les nommant et en citant les établissements, ce site s’est attiré les foudres de nombreux enseignants. Stéphane Cola, co-fondateur du site, revient sur la polémique, qui pourrait bien se finir devant les tribunaux.

D’où vous est venue l’idée de créer un site pour noter les professeurs ?

C’est une envie d’écolier, que j’avais depuis très longtemps. Je me souviens que mes professeurs me disaient que les notes servaient non pas à sanctionner, mais à pointer les domaines où il y avait des efforts à faire. C’est l’idée du site note2be. Il faut savoir que ce genre de site existe partout à l’étranger : aux USA, en Grande-Bretagne, en Allemagne… Nous sommes loin d’être les premiers ! Et même en France, ce système de notation se pratique. Dans de nombreuses grandes écoles comme HEC ou Sciences-Po, dans des facultés, les professeurs peuvent être notés par leurs élèves. Enfin, c’est une tendance lourde : la cinquième décision sur les 316 du rapport Attali2 propose d’évaluer ses professeurs, ainsi que la commission Pochard. C’est bien dans l’air du temps.

Quels garde-fous avez-vous mis en place pour rendre le système de notation le plus fiable possible ?

L’inscription se fait par mail, ce qui limite les réinscriptions multiples. Un élève n’a le droit de noter qu’une seule fois son professeur, par trimestre. Il peut, bien sûr, changer sa note, mais il ne peut pas voter plusieurs fois pour le même professeur. Et cela, dans une limite de 10 professeurs par élève. Enfin, et c’est tout récent, on ne peut voter que pour les professeurs de son parcours scolaire. Ce qui évite de noter n’importe qui, n’importe où. Notre équipe de modérateurs veille à la notation et efface toutes dérives dans les commentaires laissés sur le forum. Les critères de notation des professeurs retenus3 sont strictement liés à l’exercice de la profession, notamment sur la pédagogie.

En réaction, le blog contrenote2be « rassemble les professeurs qui ont été bannis du forum de note2be, pour avoir exprimé leur opposition à la divulgation auprès du grand public de données nominatives injustes et arbitraires »…

Beaucoup de professeurs nous ont déclaré la guerre. Ils ont utilisé des méthodes de voyous ! Déjà, ils utilisent notre nom dans leur blog. Rien que pour cela, on pourrait les faire fermer. Mais surtout, ils nous insultent et nous diffament sur notre forum. Ils ont même mis en ligne mon numéro de téléphone personnel pour inciter les gens à inonder ma messagerie ! Enfin, ils se sont inscrits sous de faux noms pour biaiser les notations. Aussi, dès que nous avons un doute, nous vérifions en appelant l’établissement ou en cherchant leur nom sur google. Si l’identité s’avère fausse, on l’efface. Il y a, de leur part, une véritable volonté de sabotage. Que l’on discute nos méthodes de notation, je veux bien. Mais je reste choqué par la violence et les procédés utilisés par ceux qui sont censés enseigner le respect à leurs élèves. Enfin, cela ne concerne que certains professeurs, heureusement pas tous.

Au-delà, que répondez-vous aux syndicats d’enseignants qui y voient le risque d’un « lynchage public » ?

On ne prétend pas intervenir dans la carrière des enseignants, ni suppléer au rôle des inspecteurs d’académie. D’ailleurs, nous ne sommes pas contre le fait de faire cohabiter les avis des professeurs avec celui des élèves. Ce système de notation n’est pas illégitime. Il est constructif en permettant aux professeurs de progresser. D’ailleurs, de nombreux messages laissés par des enseignants sont plus raisonnables.

Etes-vous inquiet quant à l’avenir du site ?

Pas du tout. 7000 professeurs inscrits, 30.000 élèves, une audience de 100.000 visites par jour… vu le succès du site, il y avait une attente, un besoin que les élèves s’expriment. Nous ne sommes pas une bande de potaches qui a conçu ce site par bravade ou par revanche. C’est un projet mûri et réfléchi. Je ne suis pas un délinquant, je n’ai pas envie de payer d’amendes. Pour cela, nous nous sommes entourés d’avocats et avons rempli toutes les obligations légales. Nous n’avons pas de nouvelles de la CNIL, mais nous les attendons sereinement4.



                                    Propos recueillis par Lise Bollot

1) : le site note2be.com
2) : Extrait de la Décision 5 du rapport Attali : « Evaluer les professeurs sur leur capacité à faire progresser tous les élèves. Chaque école devra faire l’objet d’une évaluation par une autorité administrative spécialisée et indépendante du ministère, tenant compte de l’avis des usagers, de leurs résultats, de leurs évolutions à moyen terme. Ces évaluations devront être rendues publiques. L’évaluation des professeurs ne peut pas reposer uniquement sur les notes qu’obtiennent leurs meilleurs élèves ni sur l’examen d’inspecteurs. Elle doit aussi reposer sur une évaluation de leur pédagogie par leurs élèves, sur leur capacité à faire progresser chacun et sur la prise en compte des résultats scolaires ultérieurs ».
3) : « Intéressant », « clair », « disponible », « équitable », « respecté », « motivé »
4) : La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a indiqué qu’elle instruisait actuellement deux plaintes contre le site Internet note2be.com. L’une a été déposée par le syndicat Snalc-CSEN, l’autre par un enseignant.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.