« Les violences à l’école ne s’accroissent pas mais s’aggravent », déclare Michel Soussan, inspecteur de l’académie de Lille, dans une interview accordée à la La Voix du Nord, dimanche 10 février 2008. « On note toujours des pics d’énervement avant les vacances. La nouveauté, c’est qu’avant, les profs essuyaient des injures. Maintenant, ce sont des coups ! », note-t-il.

Et d’ajouter, « l’école est le microcosme de la société : quand la société va mal, elle aussi ». Pour lui, la communication est primordiale, elle permet souvent de désamorcer les conflits. De même, il explique que pour endiguer la violence, des actions sont mises en place dès la maternelle pour apprendre la vie en collectivité. « Cela passe par le ‘bonjour’ du matin à l’enseignant, au fait de s’asseoir, d’écouter. »

Par ailleurs, selon Michel Soussan, le rapport parents/enseignants est également à l’origine de tensions. « On arrive de moins en moins à se faire respecter des familles. Avant, le maître affichait un haut niveau d’études, exerçait un magistère moral. Mais il a perdu son statut social. Même pour les parents, il ne représente plus l’autorité, alors il n’est pas rare qu’ils viennent contester les punitions. »

Source : La Voix du Nord