Xavier Darcos, s’est dit prêt à aller « plus loin » sur le service minimum à l’école en cas de grève, en affirmant qu’il pourrait demander à l’avenir aux enseignants de se déclarer grévistes deux jours à l’avance. Invité sur Canal +, dimanche 20 janvier 2008, le ministre de l’Education a ajouté qu’il estimait que la grève n’était pas la solution aux problèmes de l’Education nationale en France.

« Croire que la réponse aux problèmes que nous avons aujourd’hui, y compris à l’Education, c’est de protester contre des ministres qui ne rêveraient que de démanteler le service public, de lui faire du tort (…) c’est une vision qu’il faudra peut-être un peu réviser. Il faut que ce pays bouge », a insisté le ministre. Il a également réaffirmé que le service minimum d’accueil n’était « pas une atteinte au droit de grève ». Par ailleurs, Xavier Darcos a annoncé que 370 villes avaient accepté de signer la convention sur le service minimum à l’école en vue de la grève dans la Fonction publique, ce jeudi 24 janvier 2008.

Pour sa part, le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) a confirmé vendredi 18 janvier 2008 que la ville de Paris ne signerait pas la convention type que le rectorat lui a adressée pour expérimenter le service minimum dans les écoles. Dans une lettre rendue publique vendredi, Bertrand Delanoë écrit à Xavier Darcos qu’il est « inconcevable de ‘sous-traiter’ à une commune une responsabilité légale de l’Etat ».

Source : France Info, Le Parisien, Le Monde