Hors-série Le Directeur d’école
Comment optimiser son emploi du temps ? (6/8)

Le directeur d’école peut-il compter sur les aides humaines et matérielles mises à sa disposition pour mieux s’organiser1 ? Le point de vue de Jacques Borensztejn2, responsable d’arrondissement pour le Syndicat national unifié des directeurs, instituteurs et professeurs des écoles (SNUDI-FO) Paris3.

Dans quelles mesures l’emploi vie scolaire (EVS) peut-il être un soutien au directeur d’école ?
Créé par le ministère, en remplacement de l’aide éducateur, l’emploi vie scolaire est un contrat d’accompagnement à l’emploi (CAE), basé sur une durée de travail de 20 heures hebdomadaires (calées sur les horaires scolaires), et n’exigeant pas de formation préalable spécifique. Dans ces conditions, il n’est pas envisageable de déléguer un EVS à des fonctions telles que : la prise en charge des élèves, la relation avec les autorités locales et hiérarchiques ou la communication avec les familles. A l’inverse, il est possible de lui confier de menues tâches administratives, comme des travaux de classement, de gestion de courrier… C’est la seule aide vraiment spécifique au directeur d’école que l’EVS peut apporter. Sa présence reste surtout intéressante dans la mesure où il est une aide à la surveillance et à l’accompagnement des élèves, lors des sorties scolaires notamment.

Justement, comment organiser le service de l’EVS de manière efficace ?

L’utilisation de l’EVS se détermine en conseil des maîtres, en fonction des problèmes pointés par les enseignants. Et il ne faut pas hésiter à réactualiser, périodiquement, la nature des missions confiées. D’une manière générale, il est souhaitable d’associer l’EVS à ces choix. Si le convier aux réunions qui se déroulent hors temps scolaire est rarement facile, il est toujours possible de lui fournir un compte rendu. D’autant qu’il peut être amené à intervenir de façon multiforme auprès des élèves : vérifier le contenu des cartables, aider un enfant atteint d’un trouble de santé à prendre son médicament, voire, en l’absence d’un auxiliaire de vie scolaire (AVS), assister un élève handicapé en crise… Lorsque cela se passe bien, l’EVS peut servir de soupape.

Le remplacement du directeur sur son temps de décharge par un professeur des écoles stagiaire 2e année (PE2)4 est-il, selon vous, un fonctionnement rentable ?

Non, en aucun cas. C’est au contraire, une charge supplémentaire pour le directeur d’école qui doit parfois faire office de maître formateur, ce qu’il n’est pas. Ces remplacements, autrefois assurés par un volant de titulaires remplaçants, posent aujourd’hui de gros problèmes de jonction en particulier pour les directeurs qui n’ont de que petites décharges horaires. Il n’y a aucun temps de concertation prévu entre le directeur et le professeur stagiaire. Et confier les rênes de sa classe à une personne qui n’a encore, le jour de la rentrée, suivi aucune formation d’enseignant est tout sauf un gain de temps ! La situation se complique encore davantage au moment des deux stages groupés (de trois semaines chacun) des PE2 pendant lesquels ils ne peuvent plus assurer leur remplacement hebdomadaire.

Sur un plan matériel à présent, les logiciels libres censés aider le directeur dans ses tâches administratives ont-ils vraiment une incidence sur l’emploi du temps de ce dernier ?

Oui, c’est indéniable. Pour gérer une coopérative, une BCD (bibliothèque de documentation), des élections au conseil d’école, travailler sur les effectifs, s’éviter des saisies mécaniques interminables… Ces logiciels constituent une aide précieuse en matière de non-répétition de tâches administratives. Fournir un certificat de scolarité d’un simple clic, sans avoir à faire patienter des familles et à reporter cela à la fin de la journée, accéder instantanément à la liste des personnels médicaux référents pour un enfant accueilli à l’école dans le cadre d’un PAI (Projet d’Accueil Individualisé)… Les exemples où les logiciels permettent d’alléger les formalités et de gagner du temps à court et à long terme, ne manquent pas.

Propos recueillis par Marie-Laure Maisonneuve
(1) Lire également l’article : « Directeurs d’école : halte à la surcharge et à l’isolement »
(2) Jacques Borensztejn est aussi directeur d’école à Paris.
(3) Le site du SNUDI-FO
(4) Dans le cadre du stage filé prévu par la circulaire ministérielle du 11 mai 2006
(5) Par exemple le site cartable.net ou le site instit
(6) Voir notamment le site du GDID
(7) Consulter le site de l’académie de Bordeaux, de Dijon ou de Strasbourg

Où trouver ces logiciels d’aide ?

Les directeurs dont les municipalités n’ont pas investi dans ce type de matériel peuvent se constituer leur propre éventail d’outils grâce à internet. Plusieurs sites consacrés à l’aide au directeur d’école5 mettent en ligne des banques de fichiers ainsi que des logiciels libres de gestion d’école (souvent réalisés par des enseignants). Pour trouver ces différents outils, on peut également passer par les associations de directeurs6 et les sites académiques7 (centres de ressources TICE).

Sommaire Hors-série

Son rôle, son statut (1/8) >> article

Admission des élèves : l’anticiper pour réussir (2/8) >> article

Savoir lutter contre l’absentéisme (3/8) >> article

Comment assurer la santé scolaire ? (4/8) >> article

Responsabilité juridique : un régime ‘entre-deux’ (5/8) >> article

Comment optimiser son emploi du temps ? (6/8) >> article

Ce qu’il faut savoir des financements (7/8) >> article

Une école, un quotidien, un blog (8/8) >> article

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.