L’enseignement des sciences vu par trois scientifiques de renom

- Pour Pierre Léna, astrophysicien, ''il est possible de faire aimer la science à des élèves de 15 ans''

Trois scientifiques de renom ont accordé un entretien au Monde afin de donner leur vision de l’enseignement des sciences en France. Ainsi, pour Pierre Léna, astrophysicien, « il est possible de faire aimer la science à des élèves de 15 ans ». « Les conditions sont entre les mains des politiques, des scientifiques et des professeurs. Il faut que dans toutes les écoles primaires, les enseignants, accompagnés, mettent en oeuvre des classes dans le style de La main à la pâte, où les enfants font de la science et apprennent avec elle à lire et à écrire, puisque science et langage ont partie liée », ajoute-t-il.

Pour l’astrophysicien, au collège, il est important d’ « aider les adolescents, en respectant la diversité de leurs intelligences et le jeu de leur imagination, à faire de la science autant qu’à en apprendre ». Selon lui, il est possible de faire aimer la science « à condition de former autrement nos professeurs, dont la moitié sera remplacée en dix ans ». Pour Edouard Brézin, physicien, « la grande majorité des professeurs des écoles est issue de filières où il n’y a aucun enseignement des sciences de la nature ». Selon lui, « le collège a plus de difficultés que le primaire à rénover ses enseignements de sciences ».

Il explique que « dans beaucoup de pays, il n’existe à cet âge qu’un enseignement unique de sciences qui permet de mettre en place observation et interrogation sans se limiter a priori à un cadre disciplinaire préétabli. En France, celui-ci est partagé entre physique-chimie, sciences de la vie et de la terre, technologie, dans une logique disciplinaire sans nécessité à cet âge ». Enfin, Jean-Pierre Bourguignon, mathématicien, explique que « les performances d’une classe d’âge sont une information intéressante, mais ce n’est pas la seule qui mérite d’être relevée ». Pour lui, les résultats remarquables que la Finlande aligne dans les enquêtes du type PISA se font à un prix : une diminution considérable des ambitions de l’école.

Source : Le Monde

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.