Sept présidents d’universités parisiennes (Paris-II, III, IV, V, VI, VII et Dauphine) ont lancé mercredi 14 novembre 2007, un « appel » pour « défendre l’université ». Les signataires ont déclaré que « ce sont les universités elles-mêmes qui ont demandé à ce que les nouvelles dispositions prévues par la loi LRU s’appliquent à l’ensemble des établissements et ne soient pas limitées à un petit nombre d’universités privilégiées ». « La mise en place de l’ensemble des nouvelles dispositions suscite un élan nouveau dans nos établissements. Briser cet élan serait une régression dramatique », ont-ils insisté.

Ils ont également précisé que la possibilité pour les universités de maîtriser la globalité de leur budget, ainsi que la possibilité de maîtriser la gestion de leurs locaux, « constituent des avancées décisives et il serait totalement irresponsable de les remettre en cause aujourd’hui ». Enfin selon eux, l’arrivée de soutiens privés n’affaiblira pas les universités. « Il suffit pour s’en convaincre de regarder l’avantage que cela apporte à certaines universités étrangères », ajoutent-ils.

Source : Le Monde