Commission Pochard : les dernières propositions des syndicats auditionnés

Plusieurs pistes se dessinent. La commission Pochard, mise en place par François Fillon le 24 septembre pour réfléchir à une revalorisation du métier d'enseignant, a continué la semaine dernière à auditionner les acteurs du monde éducatif. Dans ce cadre, trois syndicats enseignants ont été reçus.

Le 15 octobre, le Syndicat National Unitaire des Instituteurs (Snuipp) et le 19 octobre, le Syndicat des enseignants (SE-UNSA) et le Syndicat National des Personnels de Direction de l’Education Nationale (SNPDEN-UNSA).

Trois grandes idées se sont entre autres dégagées de ces rencontres.
Deux idées concernent l’évaluation des enseignants.
Pour le SNUIPP, l’évaluation des enseignants, telle qu’elle existe aujourd’hui, n’est plus adaptée. Elle repose en gros sur une inspection d’une heure tous les trois ans. Cela n’a aucun sens. Le SNUIPP souhaite voir ces inspections remplacées par une évaluation, accompagnées de modules de formation.
Le SNPDEN de son côté a proposé une autre solution : une évaluation des enseignants à la fois par les chefs d’établissements et les inspecteurs, tous les trois ans. Ce qui impliquerait une plus grande reconnaissance de la « responsabilité pédagogique » du chef d’établissement.

Autre sujet d’importance : la revalorisation des carrières. Le Se-Unsa a insisté sur ce sujet. Pour le syndicat, il n’est pas concevable d’envisager une revalorisation des carrières uniquement sur la base d’heures supplémentaires.
Plus globalement, le syndicat s’interroge sur la pertinence d’une réflexion sur la revalorisation du métier d’enseignant, alors que le budget 2008 de l’enseignement scolaire prévoit de nombreuses suppressions de postes et l’augmentation justement des heures supplémentaires. Paradoxe….

Partagez l'article

2 commentaires sur "Commission Pochard : les dernières propositions des syndicats auditionnés"

  1. ortograf-fr  29 décembre 2007 à 19 h 01 min

    Si j’en crois les propositions ci-dessus pour revaloriser le métier d’enseignant, on n’est pas sorti de l’auberge.

    Ces propositions supposent toutes les trois que, en confortant d’une manière ou d’une autre les relations d’autorité séculaires de l’Education Nationale, on va améliorer le choses.

    L’évaluation proposée par le SNUIPP sera peut-être moins idiote que le rituel de l’inspection? il faudrait voir dans le détail. Idem pour les modules de formation des enseignants proposés par le même syndicat, et, avec ce qu’on peut voir ou entendre par ailleurs concernant les IUFM, il y a de quoi être très, très sceptique.

    L’autre manière de prétendre que le jugement autoritaire sur les enseignants va améliorer les choses est avancée par le SNPDEN. Cette fois, il s’agit d’augmenter le poids du chef d’établissement dans l’évaluation des profs.

    Quand le SNPDEN avance ce genre d’hypothèse, il ferait bien de dire comment cette mesure pourra bien améliorer le fonctionnement du système éducatif, ou bien alors il devrait dire qu’il avance ça à tout hasard, de manière aveugle, pour dire quelque chose.

    Quand à la "revalorisation des carrières", ce qui est dit est complètement flou, et semble signifier qu’il faille travailler plus pour gagner plus.

    Pourquoi ne pas le dire clairement? C’est sans doute pour permettre aux syndicats d’avaler leurs chapeaux sans que ça se voie.

    Mais ça ne règle rien au fait que le nombre d’heures de cours ne représente pas du tout le travail réel fourni par le prof, et qu’en plus une bonne partie de ce travail n’est pas forcément efficace au niveau du bagage acquis par les élèves, parce que les programmes sont loin d’être optimisés en eux-mêmes et par rapport aux élèves concernés.
    ortograf-fr

    Signaler un abus

  2. Ménière Bernard  15 janvier 2008 à 18 h 57 min

    Pour moi,un chef d’établissement est un enseignant qui n’enseigne plus.Comment pourrait-il prétendre évaluer les enseignants, avec quelle légitimité, dans le domaine pédagogique ? Ces gens-là sont-ils omniscients ? Qu’ils se cantonnent au domaine administratif!Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.