« Xavier Darcos soutiendra toutes les méthodes pédagogiques qui donneront des résultats », explique son entourage après la rencontre d’un de ses conseillers avec l’équipe formée par Gabriel Cohn-Bendit. Ce soutien aux équipes d’enseignants volontaires a été amorcé, le 18 septembre dernier, lorsque Xavier Darcos a reçu Gabriel Cohn-Bendit.

Lors de cette entrevue, ce dernier lui a exposé l’idée suivante : l’assouplissement (voire la suppression) de la carte scolaire provoquera, sans le moindre doute, le départ de nombreux élèves des collèges « défavorisés » qui en deviendront, alors, encore plus « difficiles ». La solution, selon Cohn-Bendit, est de faire venir dans ces collèges « des équipes de pédagogues volontaires ayant un projet commun ». Ces enseignants seront totalement autonomes et ne dépendront que du seul ministre. Ils pourront garder leur poste actuel et être détachés provisoirement dans un collège expérimental.

Le ministre a adhéré au discours. Pour lui, cette initiative trouve sa place dans la politique gouvernementale en direction des quartiers en difficulté, mais également dans le cadre de la loi Fillon de 2005, qui prolonge la loi Jospin de 1989, et dont l’objectif est la réussite de tous les élèves. L’article 34 de cette loi permet l’expérimentation pédagogique, et Xavier Darcos estime que « l’expérimentation doit devenir la norme » puisque « chaque établissement peut se réclamer de la loi pour expérimenter ».

Source : Rue 89, AEF