A Lille, le recteur souhaite atteindre l’objectif de 100% d’enfants examinés à leur entrée en CP. Actuellement seuls 70% des enfants seraient vus par un médecin scolaire. Pour atteindre les 100%, le rectorat a pensé aux infirmières scolaires. Problème, elles ne veulent pas servir de bouche-trous. En effet, elles dénoncent « la suppression des bilans infirmiers en CE2 » qui, selon elles, permettra de « pallier le manque de médecins scolaires » pour le bilan d’entrée en CP.

Selon Patricia Adam, responsable académique du Syndicat national des infirmier(e)s éducateurs de santé (SNIES), les infirmières vont « seulement pallier le manque de médecins, en faisant un bilan infirmier mais qui n’est pas un bilan médical. Nous avons des compétences propres et des missions complémentaires mais pas interchangeables. On va tromper les parents ». Pour les infirmières scolaires, la suppression du bilan infirmier en CE2 poussera certains enfants à « n’avoir aucun bilan de santé entre la maternelle et le collège ».

Source : La Voix du Nord