Karim Talaouanou : des cours au pas de course

A 31 ans, Karim Talaouanou est directeur d’école1… Et sportif de haut niveau : hier coureur médaillé sur 1500 mètres, aujourd’hui marathonien se préparant aux Jeux Olympiques de Pékin. Pour l’enseignant, qui exerce en ZUS2, ces deux vocations s’accompagnent, se complètent et, même, s’inspirent mutuellement.

Battant, volontaire, décidé. Sans fausse modestie, sans chercher ses mots, Karim Talaouanou pointe ses traits de caractère qui l’ont aidé à se hisser jusqu’aux marches du podium. Un tempérament qui l’accompagne dans la pratique quotidienne de son métier. « Dans la façon dont je dirige l’école, se retrouvent ma personnalité de sportif et cette idée essentielle de motivation, de dépassement » explique celui qui voit une autre similitude entre l’enseignant et le coureur : pour réussir, tous deux ne sont-ils pas entourés d’une équipe, mais aussi seuls face à eux-mêmes, l’un sur la piste, l’autre dans sa classe ?


L’histoire d’un métier, les raisons d’une passion


Karim Talaouanou a six frères : tous œuvrent au sein de l’Education nationale tout en pratiquant un sport avec assiduité. Presque un héritage de famille, transmis par des parents attachés à la fonction publique, soucieux aussi d’occuper leurs enfants lorsqu’ils quittaient le giron de l’institution. « Ce fut une chance de côtoyer ainsi l’école et le sport, ces deux moteurs ont véritablement joué un rôle d’ascenseur social » témoigne l’instituteur qui se souvient : le collège puis le lycée dans la région stéphanoise et les premiers clubs et sélections ; l’université, les études – en Lettres et Sciences humaines – dont les horaires souples permettent un entraînement intensif.
Et si, au cours de ces années, la question du choix se pose, elle trouve vite sa réponse : « Mes parents ne pouvaient considérer le sport comme un métier. Et, en moi, existait cette idée de devoir de transmission, cette envie de donner à mon tour ce dont j’avais profité ». D’où l’IUFM, d’où ces deux ans d’enseignement en Espagne, dans un lycée français. A son retour, le jeune enseignant occupe des postes de remplacement dans la Loire, continue les entraînements, et nourrit un souhait : exercer dans sa commune d’origine, au cœur de l’un de ces quartiers dits difficiles. Or, le poste de directeur de l’école du Chambon-Feugerolles vient à se libérer…

Coureur-instituteur, instituteur-coureur


Des demandes de dérogations acceptées, un appui local et le suivi d’un inspecteur académique permettent à Karim Talaouanou d’entrer rapidement dans sa nouvelle fonction. L’établissement a connu un passé difficile fait, entre autres, d’incivilités et de problèmes de comportements. Pourtant, pariant sur cet esprit d’équipe qui réussit si bien au sport, le jeune directeur pérennise la communauté éducative qui l’entoure, imagine avec elle une pédagogie appliquée – ateliers, cours décloisonnés – bien avant les réformes en cours -, l’introduction de moments journaliers consacrés à l’éducation physique, à l’expression corporelle, qui canalisent frustrations et tensions. Mais aussi, tisser des liens de confiance avec les familles, organiser des séjours au ski, respecter les règles de ce jeu si particulier qu’est l’école…
« A chaque rentrée, nous mesurons nos progrès » se réjouit le jeune directeur, qui, au quotidien, enseigne, gère la vie administrative de l’école, fait le point avec son équipe pédagogique. Et court. Le week-end, la semaine aussi – entre midi et deux, le soir, et parfois plus : grâce aux accords passés avec sa hiérarchie et ses collègues, Karim bénéficie en effet de demi-journées supplémentaires pour s’entraîner, lors de grandes échéances. Or, pour ce champion de France, décoré de bronze sur 1500 mètres, l’heure est justement au challenge avec en ligne de mire la qualification aux prochains Jeux Olympiques, catégorie marathon. Ses premiers supporters ? Ses élèves bien sûr, en qui il suscite des vocations, sportives essentiellement. Mais pour l’heure, Karim court et réfléchit à peut-être se consacrer une année entière au sport. Pour ensuite retrouver ses élèves, ici ou ailleurs…


 


Cécile Desbois



(1) Ecole Emile Zola Le Bouchet au Chambon-Feugerolles (42)
(2) Zone Urbaine Sensible

Karim Talaouanou en cinq dates

1994 : obtient le baccalauréat
1997 : réussit le concours d’entrée à l’IUFM
2002 : devient directeur de l’école Emile Zola Le Bouchet
2005 : remporte la médaille de bronze aux Championnats de France sur 1500m
2007-2008 : se prépare pour les qualifications des Jeux Olympiques de Pékin

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.