Le ministère de l’Education a envoyé mercredi 3 octobre 2007, une note aux directeurs d’écoles primaires leur indiquant que tous les critères « ethnicisés » de la base élèves, à savoir la « nationalité », la « date d’entrée sur le territoire », la « langue parlée à la maison » et la « culture d’origine » étaient supprimés.

Les syndicats avaient dénoncé la remontée de ces données craignant que leur utilisation puisse servir à expulser des familles ayant des enfants sans-papiers scolarisés. Le ministre de l’Education a donc décidé de faire machine arrière. « Ces thèmes sucitaient inutilement l’inquiétude », précise-t-on dans l’entourage du ministre. Ne figureront donc dans le fichier que les éléments « purement scolaires ». Le SNUIPP « s’est félicité de cette décision ».

Créée en décembre 2004, cette base élèves a vocation à gérer des données sur les élèves. Ainsi, elle contient un dossier sur chaque élève du primaire, comportant des informations sur l’état civil, l’âge, la profession des parents, le parcours scolaire, les suivis particuliers (psychologique, pédagogique)… Son expérimentation a été lancée en 2005 dans 21 départements. Elle est aujourd’hui étendue à 77 départements et la généralisation est prévue pour 2009.

Source : Libération, AEF