Philippe Grimbert : le film ‘Un secret’ m’a bouleversé

Philippe Grimbert est l’auteur du livre Un secret* dont est tiré le nouveau film de Claude Miller. Il nous explique pourquoi l’adaptation de son livre -qui raconte sa propre histoire- à l’écran par Claude Miller le touche particulièrement.

Votre livre vient d’être adapté à l’écran. Pour un écrivain, voir son œuvre incarnée à l’écran, est-ce un réel plus, et aussi peut-être un éclairage nouveau sur son livre ?

Je suis un écrivain qui adore le cinéma, donc le fait que mon livre ait été adapté à l’écran est pour moi une grande joie. En même temps, au départ, il y a une inquiétude. Mais j’avais une grande confiance en Claude Miller, et je suis très heureux du résultat. Claude Miller a été très fidèle à l’esprit du livre, son émotion et sa retenue. Fort heureusement aussi, il a été infidèle. Le film n’est pas une simple illustration du livre : Claude Miller a apporté des éléments et focalisé sur certains points en harmonie avec sa propre histoire. Son rapport au temps n’est pas non plus le même que dans le livre. Il a encadré le tout sur une seule journée, durant laquelle un fils part à la recherche de son père en errance dans les rues de Paris. Je suis très satisfait de cette idée de scénario qui n’est pas une simple illustration du livre, mais un réel enrichissement.

L’image de vos parents, incarnés par Patrick Bruel et Cécile de France, vous satisfait-elle pleinement ?

Il est bien évidemment difficile de se confronter à l’image de ses propres parents au cinéma. Mais j’ai appris à apprivoiser ces images, car j’ai participé pleinement au tournage. Si je n’avais vu le film qu’après, une fois terminé, j’aurais certainement eu du mal à y faire face.

Vous êtes donc heureux du résultat ?

Le trio que je forme dans le film avec mes parents est parfaitement intégré à l’univers de Claude Miller, je me suis aperçu très rapidement que cela fonctionnait. J’ai accepté ce nouveau regard sur des gens que j’ai connus, et je les aime désormais tels qu’ils sont dans le film.

Et que pensez-vous de votre propre personnage dans le film ?

Je ne veux pas paraître faussement modeste, mais cela m’est totalement indifférent. Dans mon livre d’ailleurs, le narrateur n’est jamais nommé. Il s’agit juste d’une voix. Donc son incarnation physique était moins importante pour moi que celle des autres.

Votre film va être diffusé auprès des publics scolaires : votre parcours, celui d’un enfant et d’un adolescent marqué par les non-dits de la guerre, doit les toucher profondément ?

J’ai déjà eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois les lycéens autour de mon livre. J’ai d’ailleurs obtenu le Goncourt des lycéens en 2004, ce fut un immense bonheur pour moi. Il est évident qu’ils sont touchés par le trajet d’un adolescent hanté par un secret. Le thème du secret -au-delà du secret lié à l’Histoire, propre au livre-, les bouleverse et trouve des résonances dans leur propre vécu. Car le trauma se transmet de génération en génération, avec souvent des répercussions physiques.

La force du livre et du film est de montrer parfaitement, à travers ce secret, le caractère pérenne de la tragédie historique. Une phrase de votre livre est particulièrement forte, lorsque vous dites « défait, le persécuteur triomphait encore ». Comment gérer de telles blessures ?

Par le biais de l’écriture et de la psychanalyse. J’ai choisi d’écrire un roman, car je ne voulais pas livrer une leçon de psychanalyse. Même si mon regard de psychanalyste est présent J’avais en moi un désir de transmission, de témoignage. Et j’ai écrit ce livre en toute sérénité, après l’analyse justement. Cela m’a permis de ne pas écrire en larmes. Vous évoquez votre désir de transmission : avec votre livre et votre film, vos personnages seront incarnés à jamais. C’est vrai. Et l’incarnation au cinéma donne vraiment chair aux personnages. Le film m’a bouleversé quand je l’ai vu, alors que j’avais écrit très tranquillement.

Oui, et entre les mots et l’image, plus jamais les noms de vos proches, ceux dont « on ne lit le nom sur aucune pierre », ne seront effacés.

C’est ce que je cherchais à faire. On y est.


                                         Propos recueillis par Sandra Ktourza


*Synopsis : L’exploration d’un lourd secret de famille et l’histoire d’une passion, à travers le voyage intérieur de François, un enfant solitaire qui s’invente un frère et imagine le passé de ses parents. Le jour de ses quinze ans, une amie de la famille révèle au jeune François une vérité bouleversante, mais qui lui permet enfin de se construire.

Pour travailler en classe

L’Agence Cinéma Education propose un mini-site pédagogique sur le film, comprenant entre autres un dossier complet réalisé par une enseignante de français.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.