Alfonso Dubois, les expériences au profit de l’enseignement

Alfonso Dubois a défendu les syndicats lorsqu’ils étaient interdits par l’Espagne franquiste. Il était en Bolivie alors que la coopération était un concept méconnu dans la péninsule ibérique. Il a ensuite rejoint le Nicaragua de la révolution sandiniste pendant que le réformisme triomphait dans son pays. Toujours à contre-pied, il a finalement déposé son sac à dos pour enseigner la coopération

Avant d’être enseignant, Alfonso Dubois a été tour à tour juriste, économiste, coopérant … Lorsqu’on lui demande comment il passe d’une activité à une autre, il parle d’« évolution naturelle ». Diplômé d’économie et de droit en 1967, il met ses connaissances au service des syndicats clandestins. Mais lorsque la démocratie arrive en Espagne, Alfonso Dubois se cherche une autre occupation : « ce que je faisais n’avait plus de sens, il fallait que je change de vie ».


Alors en 1978, année où l’Espagne approuve sa Constitution par referendum, il met le cap sur la Bolivie. En dehors de tout cadre associatif, il part avec simplement quelques contacts sur place. « Je ne connaissais rien à la coopération », se souvient-il. Mais il met son expérience associative et syndicale au service des mouvements sociaux boliviens : il travaille en amont, collabore avec les cadres de ces structures pour améliorer les programmes existants, un projet pour favoriser les droits de l’homme et un second en faveur de l’alphabétisation des jeunes.

Après quatre ans dans les Andes, direction le Nicaragua. Au début des années 1980, la révolution sandiniste lui donne l’impression que « quelque chose de nouveau et de différent est possible ». Son projet consiste à favoriser le rapprochement de plusieurs centres de recherche de l’Amérique centrale et des Caraïbes. Les travaux universitaires sont axés sur les piliers du développement de la région : les productions locales (café, coton, sucre), les mouvements sociaux, les politiques économiques.

Vingt-cinq ans plus tard, Alfonso Dubois porte un regard distancié sur cette aventure : « le plus positif a été de prendre part à un processus de changement social auquel participait réellement la majorité de la population. Notre échec a peut-être été de ne pas voir les limites des changements possibles ».

Aujourd’hui le coopérant est devenu enseignant, avec la même évidence d’« évolution naturelle ». De retour à Bilbao en 1989, il constate la réalité des ONG dans son pays : si les bonnes volontés ne manquent pas, les travailleurs humanitaires n’ont pas toujours les outils techniques pour développer leur action. Dubois veut utiliser son expérience acquise sur le terrain pour résoudre la situation : avec d’autres coopérants, il fonde l’Institut Hegoa1, au sein de l’Université du Pays Basque. « Il s’agissait d’introduire la coopération à l’intérieur du monde universitaire. Je ressentais le besoin de jeter un pont entre la recherche et l’action ».

Et Dubois choisit de s’investir le plus directement possible dans l’institut : depuis 1992, il donne des cours d´économie internationale et d’économie et coopération. Des matières qu’il connaît par la théorie de ses études et bien sûr par plus de dix ans de pratique en Amérique latine.

Le professeur ne voit pas de grande différence entre l’alphabétisation des enfants boliviens et l’enseignement universitaire des jeunes de Bilbao. « Le travail éducatif est unique. En Bolivie, il y a beaucoup moins de structures, il faut donc toucher directement les personnes. Ici, j’essaie de reproduire ce modèle ». Alors, l’universitaire veut aller à l’essentiel : « il faut renforcer les capacités des étudiants et leur réflexion… Mais il existe le risque de transformer en quelque chose de technique une matière qui est avant tout humaine. Le professeur doit faire un effort pour que se produise un échange personnel entre lui et l’élève ». Alfonso Dubois ne conçoit pas son métier qu’en termes de transmission d’un savoir. « Non, il s’agit plutôt de semer une préoccupation, un intérêt, à travers tes propres expériences ».


 


Mathieu de Taillac


 


(1)  Hegoa est un institut d’études sur le développement et la coopération internationale. Cette organisation universitaire travaille sur le développement humain et la coopération internationale des agents sociaux, politiques et académiques, en s’appuyant notamment sur la recherche, la documentation, l’éducation et la formation.

Alfonso Dubois en 5 dates

1943 : Naissance à Bilbao (Espagne)
1978 : Part en Bolivie et participe à une campagne d’alphabétisation
1982 : Rejoint le Nicaragua pour lancer un projet de coopération
1989 : Fonde l’Institut universitaire de coopération internationale Hegoa à Bilbao
1992 : Débute sa carrière d’enseignant

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.