« Une individualisation des cursus scolaires et la mise en place d’un baccalauréat avec options plutôt que divisé en filières tel qu’il est évoqué actuellement en France semblent aller dans le bon sens pour augmenter le nombre de bacheliers et titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire en France ».
Une telle réforme permettrait en effet d’augmenter le nombre de bacheliers en France, encore insuffisant selon Eric Charbonnier. « Bien que la population française titulaire d’un diplôme du secondaire (baccalauréat, CAP ou BEP) soit passée de 60% dans les années 1970 à 80% dans les années 1990, il y a encore des progrès à faire ». Il avance même le chiffre de 90%…
Si les options du bac étaient mieux construites en effet, les élèves seraient mieux préparés à leur avenir professionnel et obtiendraient un diplôme du secondaire qui leur permettrait d’entrer plus facilement dans le monde du travail.

Autre mesure préconisée par la direction de l’Education de l’OCDE : faire baisser le nombre d’heures de cours des élèves français. Leurs emplois du temps sont surchargés pour des résultats pas franchement probants. L’étude 2007 révèle en effet que « le nombre d’heures passées à l’école par un élève français de ses sept ans à ses quatorze ans est au-dessus de la moyenne OCDE avec un total de 7 700 heures, soit 100 heures de plus par an que la moyenne OCDE et 1h45 de plus par jour qu’en Finlande par exemple ». (Source AEF)

Presque deux heures de plus par jour qu’en Finlande ! L’écart est considérable, surtout l’écart qualitatif, puisque l’on sait très bien, comme le démontre chaque année l’étude PISA, que les résultats des élèves finlandais sont les meilleurs de l’OCDE, ce qui est loin d’être le cas de ceux des élèves français