Antonio Câmara, un modèle d’enseignement aux débouchés économiques

António Câmara, professeur de mathématiques à l’Université Neuve de Lisbonne, n’a rien d’un « Géo Trouvetou ». Ingénieur de formation, il a créé la société Ydreams spécialisée dans les technologies de pointe. Ce qui lui valut, en 2006, le prix Pessoa1 qui récompense au Portugal une personnalité des arts et des sciences. C’est une première pour un enseignant. Preuve d’une pédagogie maîtrisée et de rapports intelligents entre recherche et applications industrielles.

Comme tous les grands timides, Antonio Câmara regarde son interlocuteur droit dans les yeux. Une attitude d’ouverture qui en dit long sur la détermination que met ce professeur en Mathématiques Appliquées et Systèmes d’Information dans ce qu’il entreprend. « Croire à la prise de risque, c’est ce que j’enseigne à mes étudiants. Je préfère qu’ils me proposent des sujets d’études audacieux, quitte à faire fausse route, plutôt que de se contenter de l’évident ». Antonio Câmara sait de quoi il parle : il a dirigé des dizaines de thèses de doctorats et de recherches au sein de l’Université Neuve de Lisbonne2, la « Nova ». L’aventure, le professeur connaît bien. Cet ingénieur civil diplômé de l’IST3 a suivi un parcours atypique : après être passé par le conseil en environnement, il dirige aujourd’hui une entreprise spécialisée dans le multimédia, la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle, Ydreams. Née en 2000 des travaux d’un laboratoire de recherches, cette société emploie désormais une cinquantaine de personnes et a des filiales en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et bientôt en Chine.


Le rêve américain sur les rives du Tage


 


Antonio Câmara ne s’en cache pas, son modèle de référence vient des Etats-Unis, où il a passé dix ans de sa vie, entre études et enseignement. Au Portugal, il a créé avec d’autres chercheurs le GASA4. Ce qui donnera naissance à un laboratoire de recherche virtuelle, dont les travaux sont remarqués par l’American Research Institute. Câmara est alors invité à enseigner au MIT5 en 1998. Une année charnière pour le chercheur : « au Portugal, l’enseignement est très académique, rien à voir avec ce qui se fait aux USA. Mon passage au MIT m’a fait comprendre que nos trouvailles de laboratoire pouvaient avoir des débouchés commerciaux ». Le protocole établi entre Ydreams et la « Nova » permet d’embaucher des chercheurs, d’offrir des stages aux étudiants.

L’université, pépinière de talents

Antonio Câmara fait sien le propos de Nicholas Negroponte6 selon lequel la grande différence entre l’Europe et les USA réside dans le fait que ces derniers font le pari de la jeunesse. Pour l’enseignant portugais, s’il manque un demi-million de chercheurs en Europe, ce n’est pas tout à fait un hasard. « Dépassée par les Etats-Unis, le Japon, l’Inde et la Chine, l’Europe a perdu le goût de l’aventure et surtout de l’aventure scientifique. La concurrence bien pensée est stimulante » affirme le patron d’Ydreams. Qui dénonce au passage l’existence « des filières à la mode » : nanotechnologie, biotechnologie, énergies renouvelables et technologie de communication dans lesquelles s’engouffrent les jeunes en oubliant des pans entiers de la science ou de la recherche, comme la médecine, la chimie, la physique.


Europe, la dernière conquête


Antonio Câmara n’en est pas pour autant un chantre du modèle ultralibéral. « Je tiens à l’indépendance des universités, et au modèle du service public. C’est très différent de travailler pour un industriel ou de créer un laboratoire capable de vendre un produit à ce même industriel. Mais nous devons introduire de la souplesse dans nos méthodes et notre enseignement académique ». Après une année sabbatique, le professeur trépigne d’impatience à l’idée de bousculer les principes pédagogiques qui ont façonné le cerveau des prochains étudiants qui vont intégrer la Nova. Ils auront de la chance. Les nouveaux locaux d’Ydreams à l’université offriront six mètres carrés à chaque jeune chercheur. « Nous sommes au bord de l’océan, ils pourront amener leur planche de surf s’ils veulent. Caparica Valley, en somme », s’amuse le professeur.


 


 Marie-line Darcy



(1) Le prix Pessoa est une distinction attribuée par la revue Expresso d’un montant de 50.000 euros.
(2) UNL, Universidade Nova de Lisboa, Faculté des Sciences et de technologie, Costa da Caparica


(3) IST, Instituto Superior Técnico, Lisbonne
(4) groupe d’analyse de systèmes environnementaux
(5) MIT, Massachusetts Institute of tecnology
(6) Cte informaticien, diplômé du MITa crée notamment le Media Lab, dont il est le directeur. Il est aussi le responsable du projet « One Laptop per Child » (« Un PC portable par enfant »), destiné aux pays émergents.

Antonio Câmara en 5 dates

1977 diplôme d’ingénieur IST


1984 création du groupe d’analyse de systèmes environnementaux, GASA


1995 création du Snig, système national d’information géographique


1998 enseignant au Massachusetts Institute
2000 création de Ydreams

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.