Réussir sa rentrée scolaire : un véritable exploit pour les chefs d’établissement

- La préparation de cet événement s’étale en effet sur dix mois.

12 millions d’élèves et 884 000 enseignants ont repris hier et aujourd’hui mardi 4 septembre 2007, le chemin de l’école. La rentrée des classes s’apparente à un travail de titan pour les chefs d’établissement. La préparation de cet événement s’étale en effet sur dix mois. Malgré certains couacs, quelque 67 580 établissements reprennent les cours sans histoire.

« Une rentrée se prépare dès novembre », explique Monique Khayat, proviseur du lycée Paul-Bert, dans le 14e arrondissement de Paris. En théorie, la rentrée est la même pour tous, mais « en pratique, chaque établissement est ancré dans une réalité locale particulière, constate Monique Khayat. Mon rôle est d’en tenir compte, de poser un diagnostic et, à partir de là, de développer un projet d’établissement qui réponde aux besoins des élèves ».

Pour les collèges, tout commence en novembre, quand ils négocient avec l’administration départementale le périmètre de leur sectorisation. La fameuse carte scolaire, dont le gouvernement a annoncé la suppression pour 2009. En décembre, les chefs d’établissement doivent décrocher la meilleure dotation horaire globale (DHG) possible auprès de leur académie. « La DHG, c’est notre paie, celle qui fait qu’on vivra bien ou mal pendant l’année scolaire », souligne Monique Khayat. Calculée, au collège, en fonction du nombre d’élèves inscrits et, au lycée, du nombre de classes, elle répond au programme scolaire de base.

En février, l’établissement connaît sa DHG. Reste alors à répartir ce budget entre les enseignants. De mars à juin, les chefs d’établissement oublient un peu les problèmes de rentrée. En juin, après les conseils de classe, qui permettent de connaître les redoublements et les orientations choisies, les collèges et lycées peuvent affiner leurs prévisions d’effectifs. Fin juin, début juillet, le temps des commissions d’affectation des élèves est arrivé. Le chef d’établissement se rend au rectorat retirer les dossiers d’inscription. Les établissements les plus cotés procèdent par élimination, les moins demandés vont à la pêche.

La clé d’une rentrée réussie se joue enfin en juillet-août lors de la préparation des emplois du temps. Un véritable casse-tête pour les chefs d’établissement. « Une bonne rentrée, c’est un emploi du temps réussi, c’est-à-dire qui tient compte de l’intérêt des élèves et des désirs des professeurs », conclut Monique Khayat. Au final, toutes les rentrées sont le fruit d’un long processus administratif.

Source : Les Echos

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.