‘La quasi-totalité des pays d’Europe, Italie comprise, ont instauré un service minimum pour tous les services essentiels’

C'est ce que note Stéphane Marchand, dans son éditorial publié dans Le Figaro aujourd'hui, sous le titre "Le minimum, rien de moins". Il n'hésite pas à affirmer que "la revanche de l'idéologie du travail sur celle de la grève n'a que trop tardé".

Et que « dans un monde ouvert où les vrais risques professionnels sont assumés chaque jour par les salariés du privé, la liberté des usagers ordinaires mérite d’être défendue face aux privilèges de grève dont jouissent certaines catégories protégées du service public ».

Le service minimum va donc de soi pour lui, dans tous les secteurs publics, y compris l’éducation. Pour conclure, il propose dans son article d' »introduire solennellement le service minimum dans la Constitution ».

La France serait peut-être ainsi plus en phase avec les autres pays européens.

Mais si l’intention d’instaurer le service minimum dans l’Education nationale se traduit concrètement, la rentrée risque d’être houleuse…

8 commentaires sur "‘La quasi-totalité des pays d’Europe, Italie comprise, ont instauré un service minimum pour tous les services essentiels’"

  1. Fraise  19 juillet 2007 à 13 h 35 min

    Je suis entièrement d’accord avec lui : pourquoi certains auraient des avantages que d’autres n’ont pas ? Et pourquoi usagers et élèves – sans oublier les non-grévistes- devraient-ils en pâtir ? Signaler un abus

  2. Cerise  19 juillet 2007 à 14 h 50 min

    je suis d’accord pour l’instauration d’un service minimum dans tous les secteurs publics, en particulier l’éducation. Les écoles maternelles et primaires doivent acceuilir les élèves pour éviter aux parents de prendre des jours de congès ou RTT.Signaler un abus

  3. Lubin  20 juillet 2007 à 15 h 43 min

    0,6 journée de grève par an et par enseignant, quel problème, effectivement. Le gouvernement ferait mieux de se soucier de l’accueil des enfants handicapés.Signaler un abus

  4. sébastien  25 juillet 2007 à 18 h 42 min

    Il est parfaitement anormal que les enseignants n’informent les parents qu’à la dernière minute quand ils font grêve et que les enfants ne soient pas reçus dans les écoles les jours de grêve. Signaler un abus

  5. Laurent  30 juillet 2007 à 23 h 15 min

    bonsoir
    Enseignant en élémentaire, un jour de grêve, j’enseigne ou je suis en grêve : je n’assure donc pas "d’accueil". L’école n’est pas une garderie.
    cordialement Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.