Darcos : Le bac n’est ni bradé, ni dévalué

- Selon le ministre, c’est le type d’exigence qui a changé

Pour Xavier Darcos, le bac n’est ni dévalué, ni bradé. Le ministre constate simplement que le « type d’exigence a changé ». « Tout change et c’est cela la définition même de la culture », a-t-il déclaré mercredi 6 juin 2007, lors de la présentation de l’édition 2007 du baccalauréat. Pour le ministre, « le baccalauréat est une institution en France et c’est l’un des aspects qui assure son maintien. Le supprimer, ce serait comme démonter la tour Eiffel ».

Chaque année, le bac est une « organisation très lourde » qui mobilise « une armée de professeurs », a tenu à souligner Xavier Darcos. 4 366 lycées seront ainsi transformés en centres d’examen, 2 400 sujets seront distribués, 127 685 correcteurs et examinateurs seront mobilisés, 4 millions de copies seront traitées et 1 million d’oraux seront organisés. Le coût total du baccalauréat s’élève à 21,5 millions d’euros.

Source : AEF

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.