Jean-Pierre Chardiet : un professeur des écoles au Bénin

Ici, l’école de Liposthey1. Là-bas, des classes béninoises. Entre elles, les liens précieux tissés par Jean-Pierre Chardiet. Correspondance scolaire, échanges entre instituteurs africains et français, sensibilisation des parents avec l’association Aide Ecoles Bénin2… Quand des écoliers s’ouvrent au monde, c’est toute une communauté qui se mobilise autour du droit à l’éducation.

Pour se présenter, Jean-Pierre Chardiet sait faire économie de mots : une origine modeste, des parents métayers, un sentiment de fierté qui le pousse à intégrer l’Ecole normale et « l’impression d’être atypique, ajoute-t-il, car enseignant non érudit ». Sur lui, tout est dit. Place aux élèves dont il préfère parler. Ceux d’hier, rencontrés lors de sa première nomination à Liposthey et qui ont su le retenir dans ce bourg landais ; ceux d’aujourd’hui, CP et CE1 avec qui il travaille selon « une pédagogie du concret » ; ceux d’autres pays – plus éloignés, moins favorisés – auprès de qui il a toujours pressenti qu’il s’investirait dans une démarche humaniste « respectant tout ce qui fait leurs valeurs, leur culture ». D’où les premiers courriers échangés avec une école sénégalaise. Arrêtée au bout d’une année, « quand on sait qu’un timbre coûte l’équivalent de trois repas, on comprend le peu de lettres reçues », l’expérience le conforte dans son opinion : une telle démarche n’a de sens que si elle implique fortement les élèves.

Rencontrer l’autre, vraiment

En 2003, Jean-Pierre Chardiet croise Anne-Marie Labat, une infirmière qui a déjà effectué trois séjours au Bénin, et l’invite à venir raconter cette expérience à ses élèves. Photos et objets à l’appui, elle explique le quotidien africain et aide l’enseignant à entamer une correspondance avec l’école de Fanvi3. « Après les lettres de présentation, sont arrivés de vrais questionnements. Sur l’eau, par exemple, source de vie chez nous, de mort parfois au Bénin » expose celui qui se lance alors dans un projet d’école consacré à l’Afrique. De recherches documentaires en expositions, naît l’idée de recevoir l’instituteur de Fanvi, André Gbodja. L’occasion pour les élèves « de s’ouvrir à l’environnement, d’apprendre le vivre ensemble, dans des échanges mettant en application directe les programmes scolaires ». Et Liposthey s’engage : l’association des parents d’élèves participera à la construction d’une école dans le village natal d’André !

Du sens de l’éducation

En février 2005, Jean-Pierre se rend au Bénin, découvre ses réalités. Celle des enfants « placés », souvent réduits en esclavage, exclus de toute éducation, celle des instituteurs de Tegbo4 et Gbeckandji5 « œuvrant dans des classes ouvertes aux vents et prenant en charge parfois plus d’une centaine d’enfants », celle des élèves « dont certains, ne pouvant payer leur déjeuner, ne mangeaient rien de la journée ». A son retour, il mobilise parents et collègues, ainsi qu’une banque locale, pour créer l’association Aide Ecoles Bénin. Objectif de ce microprojet à l’échelle d’une communauté rurale ? « Parer au plus pressé à Tegbo et Gbeckandji, soit reconstruire les écoles en dur, puis pérenniser notre action » explique-t-il. Depuis, quand il n’enseigne pas, Jean-Pierre recherche des fonds, pour la mise en place d’une cantine pour orphelins, l’équipement en manuels scolaires et la prochaine arrivée de l’eau dans les écoles6, et pour concrétiser les projets suivants. Facteur des écoles, il se rend aussi deux à trois fois par an au Bénin, transmettant courrier, cadeaux, vidéos des uns et des autres. Reste l’autre défi : motiver de nouvelles classes à entamer une correspondance, par exemple en les mettant en contact avec des enseignants béninois qu’il connaît. « Aujourd’hui, trois écoles7 ont rejoint le projet. Je ne peux qu’encourager l’Education nationale et mes collègues à s’engager à leur tour » conclut Jean-Pierre. Un appel à la solidarité est lancé…


 


Cécile Desbois


 


(1) Académie des Landes.
(2) Le site web.
(3) Village près d’Adjohoun.
(4) Près de la commune d’Allada.
(5) Près de la commune d’Adjohoun.
(6) Liste des projets réalisés et ceux en cours. 
(7) Ecoles des académies des Landes et d’Alsace.


 


     
Les écoliers du Bénin

Jean-Pierre Chardiet en cinq dates

1958 : naît dans une famille de métayers landais
1981 : entre à l’Ecole normale de Mont-de-Marsan
1985 : devient titulaire à l’école de Liposthey
2004 : accueille dans sa classe André Gbodja
2005 : crée l’association Aide Ecoles Bénin

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.