Education à la sexualité en milieu scolaire : les principes applicables

Félicia Narboni appartient au Bureau de l’action sanitaire et sociale et de la prévention de la Direction générale de l’enseignement scolaire. Elle revient sur les principes théoriques, réglementaires et éthiques qui doivent guider l’éducation à la sexualité du primaire au secondaire.

Quels sont les principes qui régissent l’éducation à la sexualité ?
Il s’agit dans un premier temps d’essayer de relier différents thèmes (puberté et éveil à la sexualité, identités sexuelles et stéréotypes, contraception, prévention des IST et du sida…) dans une approche positive et globale de la personne. Il y a une dizaine d’années, les questions de sexualité étaient abordées soit sous l’angle de la pathologie, soit sous celui de la prévention, avec l’idée sous-jacente d’un danger, d’un risque du rapport sexuel. Désormais, nous tentons de privilégier le domaine relationnel et social, c’est-à-dire l’apprentissage de la relation à l’autre. L’autre n’est pas un objet mais un sujet. Il s’agit d’apprendre à le respecter dans sa dignité et dans son consentement. C’est dans cet apprentissage là que l’école peut légitimement intervenir.

Dans quel cadre est prodiguée l’éducation à la sexualité ?
La circulaire du 27 février 20031 précise que « trois séances d’information et d’éducation à la sexualité doivent au minimum être organisées dans le courant de l’année scolaire » et dispensées par groupe d’âge homogène de l’école primaire au lycée. La charge horaire dévolue à ces trois séances dépend des contenus que l’établissement aura décidé de lui donner. Ces trois séances viennent compléter les cours de SVT dont l’approche, même si elle peut être relationnelle, est scientifique, biologique ou anatomique.

Quel est le rôle des comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) dans l’éducation à la sexualité ?
Le décret du 9 septembre 20052 a inscrit le CESC3 dans le pilotage de chaque établissement scolaire du second degré. Le CESC définit un programme d’éducation à la sexualité et de prévention des conduites à risque. Ce programme est le fruit d’une concertation des équipes éducatives, il s’inscrit dans un projet d’établissement. Pour élaborer son programme, le CESC établit un diagnostic : y a-t-il des violences entre garçons et filles dans l’établissement ? Existe-il des grossesses adolescentes non désirées et précoces ? Y a-t-il des demandes de contraception d’urgence à l’infirmerie ? Ces différentes données permettent de faire un état des lieux aidant à la mise en place d’actions appropriées.

Quelle éthique doivent respecter intervenants et équipes éducatives ?
En classe, il ne doit pas y avoir de confusion entre sphère publique et sphère privée. Ni les élèves, ni les intervenants ne doivent aborder leur sexualité et leur intimité. Et puis l’école est aussi un espace où se joue la laïcité : nous ne faisons pas de prosélytisme, nous ne valorisons pas une culture par rapport à une autre. Une des questions qui revient le plus souvent lors des séances d’éducation à la sexualité est celle de la virginité. Nous ne sommes pas là pour porter un jugement moral. On pose ce qu’est la virginité pour un garçon ou pour une fille, ce qu’elle implique sur le plan biologique mais aussi affectif, etc. On explique que la virginité est une valeur importante dans certaines cultures, pour certaines familles, pour certains individus. On ne dicte pas de comportements aux élèves dans un sens ou dans l’autre : c’est de là que l’éducation à la sexualité tire sa légitimité.

Propos recueillis par Hanna Mbonjo
(1) Voir le texte publié au BO.
(2) Voir le B.O. n°45 du 7 décembre 2006
(3) Le CESC est présidé par le chef d’établissement. Il comprend : les personnels sociaux et de santé de l’établissement, des représentant des enseignants, des parents et des élèves ainsi qu’un représentant de la commune. La circulaire du 30 novembre 2006 définit les missions du CESC, la méthodologie ainsi que l’organisation et le pilotage à mettre en place.
(4) Voir circulaire du 25 février 1993
(5) Voir notamment « l’éducation à la sexualité au collège et au lycée »
(6) Voir le « guide d’intervention pour les collèges et lycées »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.