L’inspection générale de l’Education nationale vient de rendre un rapport sur l’évaluation en langue vivante. L’IGEN estime que cette évaluation est une notion à revisiter en raison de l’évolution des politiques linguistiques de ces dernières années.

D’après cette enquête, les évaluations apparaissent essentiellement comme des entraînements aux examens finaux et sont trop éloignées des objectifs des programmes. Les auteurs notent aussi que 20% des professeurs n’ont d’autre système d’évaluation de l’expression orale qu’une valorisation, à la fin du trimestre, de la participation en classe, dont on ne sait comment elle est mesurée.

L’inspection générale formule 18 propositions pour que les pratiques d’évaluations évoluent. Il s’agit de mieux mesurer les acquis dont peuvent se servir les élèves à l’école mais aussi dans la vie. Le rapport préconise la mise en place d’une évaluation systématique et rigoureuse des compétences orales à tous les examens. L’IGEN encourage aussi à augmenter le temps d’exposition aux langues dans les établissements en facilitant, par exemple, l’accès aux livres ou aux ressources multimédias en langues étrangères.

Sources AEF, http://media.education.gouv.fr/file/45/2/4452.pdf