« La question des violences scolaires, c’est d’abord la question de la responsabilité des parents », a déclaré Gilles de Robien, lundi 12 février 2007. « Il faut favoriser le travail des associations qui mettent en place des écoles de parents, un moyen d’apprendre aux pères et aux mères à éduquer leurs enfants », a-t-il ajouté.

A la proposition de Nicolas Sarkozy d’élargir aux enseignants la protection pénale des magistrats et policiers, le ministre a déclaré que « tout ne peut pas se régler avec des mesures coercitives. » Il a estimé enfin qu’ « avant de prendre de nouvelles dispositions, il faut avoir le courage d’appliquer les textes déjà en vigueur ».

Source AEF