Orthographe : les élèves moins bons qu’avant

Les élèves de 2005 sont moins bons en orthographe que ceux de 1987. C'est la conclusion du livre "Orthographe, à qui la faute" de Danièle Manesse et Danièle Cogis, spécialistes en sciences du langage, à paraître le 22 février chez ESF éditeur.

Pour réaliser cette étude, les auteurs ont soumis, en 2005, 3000 élèves du CM2 à la 3e à une dictée extraite du Traité de l’existence de Dieu de Fénelon. Leurs résultats ont été comparés à ceux d’un échantillon équivalent, qui avait fait la même dictée en 1987. Il en ressort que les élèves d’aujourd’hui font en moyenne 13 fautes dans ce texte de 83 mots, contre 8 deux décennies auparavant.

« Si le ‘zéro faute’ est en voie d’extinction, n’est-ce pas parce que dans notre monde de l’image, l’écrit et l’orthographe ne sont plus des priorités? » s’interrogent Danièle Manesse et Danièle Cogis.

Ce n’est pas l’unique raison. Danièle Manesse, dans le cadre d’une interview qu’elle a accordée à l’AEF le vendredi 9 février, met en cause le mode d’enseignement actuel. Il s’est en effet beaucoup appuyé sur « des pratiques reposant sur l’intelligence de l’enfant et l’induction-déduction, qui n’accordent pas forcément le temps nécessaire à la capitalisation ».
Or poursuit-elle, « l’enseignement de l’orthographe doit reposer sur des automatismes, un peu comme les gammes permettent d’entrer en musique ».
Elle déplore aussi la baisse considérable du nombre d’heures hebdomadaires consacrée au français au collège : on est passé de 7h dans les années 70 à 4h30 aujourd’hui.

Quelles solutions pourraient alors être envisagées pour lutter contre cette chute du niveau ?
Tout d’abord surtout pas un retour à « une dictée par jour », mais plutôt une « dictée par mois ».
Danièle Manesse propose également une simplification de l’orthographe, par exemple celle des « doubles consonnes ou des lettres grecques ».

Simplifier, simplifier…

Simplifier l’orthographe, puis les maths, puis la physique, puis la philo…

« On ne pourra bien dessiner le simple qu’après une étude approfondie du complexe ».
C’est Gaston Bachelard qui le dit (dans Le Nouvel Esprit scientifique)

Partagez l'article

8 commentaires sur "Orthographe : les élèves moins bons qu’avant"

  1. isabelle  26 août 2008 à 10 h 02 min

    Bonjour, je ne sais pas quoi penser à propos du problème de l’orthographe chez les petits…J’ai un enfant de 9 ans…Et je peux vous dire qu’en 3 ans d’école élémentaire il y a eu (en tout) 2 dictées et 6 cours de grammaire ( on/ont, son/sont, a/à , un cours sur les "mots outils" et deux cours de pur charabia auquel moi-même je n’ai rien compris!). voilà! Comment voulez-vous qu’il sache écrire? Par magie? Par déclic? Signaler un abus

  2. Ouma  27 novembre 2008 à 1 h 28 min

    Hey comon!!

    c pas pcq on est poche en français que vous devez mener des études sur nous!!!! On est plus des élèves, on est rendus des cobayes!!

    A koi sa va ns servir dan la vi a savoir écrir???? Si tt lmond écrivé com il voulé ce sré bi1…. si on lcomprend 🙂

    1 élev de sec. 1Signaler un abus

  3. lamartin  13 avril 2009 à 21 h 09 min

    Ouma >> si ton post est sérieux…

    Déjà, c’est un manque de respect d’écrire de façon illisible comme tu le fais, c’est quand même nettement plus agréable à lire un texte sans faute…
    Puis, avec trois fautes par mot, tu t’enlèves toute crédibilité… J’imagine que tu en es conscient, mais si tu persistes à écrire comme çà, personne ne te prendra au sérieux ou t’accordera des responsabilité, vu qu’on peut à juste titre s’interroger sur le niveau intellectuel d’une personne incapable d’écrire une phrase simple en français compréhensible…Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.