Gilles de Robien se dit opposé à l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’université. Le ministre estime incohérent de restreindre l’accès à l’université et de vouloir atteindre l’objectif de 50% d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur. Il affirme préférer une rénovation de la licence.

Cette rénovation pourrait passer par deux premières années généralistes dans l’un des grands domaines du savoir avant une troisième année de formation « professionnalisante ». Les étudiants auraient alors le choix d’entrer dans la vie active ou de commencer à se spécialiser pour préparer une entrée en master avec stage obligatoire dans une entreprise, une administration ou une association.

Pour le ministre, il est impératif que les étudiants acceptent d’avoir plus de cours, de 25 à 30 heures par semaine contre 12 à 15 actuellement avec un contrôle d’assiduité. Gilles de Robien plaide également pour la revalorisation des bourses, des prêts d’honneur, le développement des jobs étudiants en cohérence avec les études suivies et l’augmentation des bourses au mérite.

Sources AEF, AFP