Après l’apprentissage de la lecture et de la grammaire, Gilles de Robien s’attaque aux mathématiques. La réforme sera officialisée en février par une circulaire. Le ministre compte introduire quinze à vingt minutes de calcul mental par jour à l’école primaire et l’apprentissage des quatre opérations élémentaires dès la maternelle.

Le ministre se base sur les recommandations de spécialistes qui insiste sur la « mise en place d’automatismes » dans le domaine du calcul et sur le besoin de maintenir constamment ces calculs en liaison avec la résolution de « problèmes concrets ».

Face à cette nouvelle réforme les syndicats d’enseignants restent sceptiques. Le SE-UNSA rappelle que le calcul mental et les quatre opérations sont déjà enseignés en primaire. L’organisation dénonce un « faux procès supplémentaires » fait aux enseignants. Le SNUIPP estime que Gilles de Robien « enfonce des portes ouvertes ». Enfin, la FCPE déplore « une gadgétisation de l’enseignement ».

Sources Le Figaro, Libération, AEF