Ce n’est pourtant pas faute d’avoir travaillé et assisté studieusement aux cours, oh non ! Alors ?
Souvent, on ne parle pas en cours de langue vivante. On écrit, on note, on écoute -jamais quelqu’un de langue maternelle étrangère. Puis on relit chez soi. C’est tout. Finalement, peu de différence avec le cours de latin ou de grec, les langues anciennes.
Alors ?
Il est vrai aussi que lorsqu’on est vingt ou trente en classe, comment amorcer une discussion où chacun apprenne sérieusement ? Comment habituer les élèves à l’accent américain, berlinois ou madrilène dans de telles conditions ?
Il n’empêche, tout ceci est dommage, car en maîtrisant pas convenablement une ou mieux, plusieurs langues étrangères, on se prive de bien des horizons.