A l’occasion du séminaire ministériel sur les réseaux Ambition réussite, le SNES-FSU fait un premier bilan de la réforme de l’éducation prioritaire mise en œuvre depuis un trimestre. En premier lieu, l’organisation estime que cette réforme s’adresse à un nombre trop restreint d’établissements, ce qui conduit à un abandon progressif de tous les autres.

Le SNES dénonce par ailleurs le manque de concertation pour l’affectation des enseignants dans ces zones d’éducation prioritaire. Faute de candidats suffisants, les rectorats auraient affecté de nombreux enseignants non volontaires, parfois même débutants selon le syndicat. Quant aux 3 000 assistants pédagogiques affectés dans les réseaux Ambition réussite, le SNES affirme qu’ils sont loin d’avoir tous été recrutés.

Le syndicat juge enfin que les missions floues des référents, la coordination difficile avec les assistants pédagogiques, la multiplication des intervenants ont fortement dégradé le climat dans les établissements classés Ambition Réussite. Le SNES-FSU revendique une « véritable relance » de l’éducation prioritaire.

Sources AFPAEF