Chouchous et têtes à claques

Ce mois-ci dans Le Monde de l'Education, un très intéressant dossier intitulé "Faut-il s'aimer pour réussir ?" Dans ce dossier, une étude approfondie du dilemme de l'enseignant : "comment exercer son métier passionnément sans se laisser emporter par ses sentiments ?".

Et un article qui met franchement les pieds dans le plat : « leur existence est un des grands tabous de l’éducation. Pourtant, chouchous et tête à claques peuplent les classes ».

Le plus curieux est que ce lien particulier est parfois indépendant des notes : la tête à claques n’est pas forcément un cancre, de même que le chouchou n’est pas toujours le premier de la classe.

Mais que faire face à cette réalité ? Peut-on demander aux enseignants somme toute d’être autre chose qu’humains ? Et quels sont leurs outils pour lutter contre une antipathie viscérale, qui nuit indéniablement à l’avenir de l’élève ?

Le Monde de l’Education rend compte d’initiatives intéressantes (p24-25) en Suisse et dans les IUFM : dans les deux cas, l’enseignant se met à la place de l’élève, pour, ensuite, être en mesure d’analyser son propre comportement.

Chacun d’entre nous en effet se souvient d’avoir été, au fil de sa scolarité, tour à tour, chouchou ou mal-aimé du prof. Si l’enseignant prend du recul -en replongeant dans sa propre expérience d’élève et en se mettant à la place de celui-ci- sera-t-il pour autant à l’abri de ses affects ? A un moment ou à un autre, ne resurgiront-ils pas, inopinément ?

Partagez l'article

Google

5 commentaires sur "Chouchous et têtes à claques"

  1. Un Lyceen  13 décembre 2006 à 10 h 10 min

    Ceci est comme tous, le professeur est un humain avant tout, il a comme il est dit des sentiments d’aide ou pas pour certains élèves en difficultés, pour d’autres plus ou moins…Il est certain que le professeur aidera plus celui qui se tiendra calme en classe que de celui qui rendra fou le prof pendant toute une année voir plus.Signaler un abus

  2. ZARA  2 janvier 2007 à 16 h 07 min

    Libre à chacun de se positionner à l’égard des autres, pourvu qu’aucun ne soit jugé.
    On a tous connu cela, être le "préféré" ou pas d’un professeur.
    Le plus délicat est de laisser transparaître ses sentiments pour un élève au détriment d’autres.
    Je pense sincèrement qu’il faut savoir se préserver ou de les montrer le moins possible, principe d’égalite pour tous face à la connaissance et à l’apprentissage.

    N’est-ce pas votre rôle Mesdames, Messieurs, Mesdemoiselles les enseignants ?…

    Bien à vous.Signaler un abus

  3. duval-prof  18 avril 2007 à 18 h 23 min

    Un "chouchou" me parait moins dangereux pour la motivation de l’élève, qu’une "tête à claques".

    Je pense qu’il faut encourager les élèves, positiver les progrès, analyser leurs erreurs (et non pas leurs fautes) sans les stigmatiser ni les interdire : se tromper fait partie du processus d’apprentissage.
    Selon LIEURY, il faut même plusieurs essais avant d’arriver à un taux de restitution maximal. Signaler un abus

  4. tete a claque  20 mai 2008 à 19 h 35 min

    vraiment trop drôle les têtes à claques lol Signaler un abus

  5. Dvd tetes a claques  20 mai 2008 à 19 h 36 min

    c’est de la crotte en boîte le dvd des têtes à claques, achetez pas ça!Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.