« Le silence du ministère de l’Enseignement supérieur est devenu assourdissant », déplore dans un communiqué le Syndicat national des enseignants de médecine générale (Snemg).

Le syndicat dénonce « l’inertie » du ministère de l’Enseignement supérieur, après trois semaines de grève pour réclamer une filière universitaire de médecine générale opérationnelle dès la rentrée prochaine. Cette grève illimitée touche 31 facultés de médecine sur 34.

Le Snemg organise jeudi 7 décembre 2006, une « journée nationale d’action » aux côtés du Syndicat des internes de médecine générale (Isnar-IMG) et du Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG).

Source AFP