Ils pourront ainsi y travailler en toute sérénité ou y recevoir élèves et parents. Le ministre en est convaincu, « c’est vraiment les conditions de travail qu’il faut améliorer, et à ce moment-là, les enseignants aimeront passer plus de temps dans l’établissement ».

Un bureau suffira-t-il à rendre les enseignants heureux de rester dans leur établissement ?
Cela n’est pas si sûr. Et tout dépend de l’établissement : car un enseignant qui vient de terminer une rude matinée avec des élèves difficiles dans une bâtisse délabrée, préfèrera peut-être le calme et la douceur de son logis pour reprendre ses esprits et se concentrer.

De plus, chez lui, il a sous la main son ordinateur et tous les ouvrages et documents nécessaires à la préparation de son cours. Quand il ne doit pas courir en bibliothèque !

En termes d’utilisation optimale du temps de travail, ces bureaux partagés, est-ce vraiment si utile ? Ne vaut-il pas mieux par exemple se focaliser, au fil de l’année, sur les lacunes ou au contraire les réels progrès des élèves -même si leur enseignant méritant a tout préparé de chez lui ?