Surprenant. Une sensation indescriptible vous saisit devant les cabanes de Richard Greaves,
artiste québécois qui se définit comme un « anarchitecte ». Il fait l’objet d’une exposition actuellement à Lausanne (jusqu’au 28 janvier) au musée de la Collection de l’Art Brut.

L’artiste se consacre, dans les forêts québécoises, à la construction de cabanes qui semblent au bord de l’effondrement. Ces constructions, reposant sur le tassement et la déformation, suivent précisément les préceptes honnis par l’architecture classique. D’où une impression indéfinissable d’étrangeté pour le visiteur, délicieusement perturbante, et aussi le fin mot de l’histoire : on comprend enfin ce que signifie « anarchitecte », cet antonyme nouveau, si rudement efficace…