« La carte scolaire est un facteur de mixité sociale sur lequel je ne transigerai pas », affirme Gilles de Robien, ministre de l’Education nationale, aujourd’hui mercredi 22 novembre 2006 au congrès des maires de France. « La carte scolaire n’est pas synonyme de problème. Elle permet de bien gérer la répartition des élèves, surtout en milieu rural », a-t-il précisé.

Sans lever le voile sur le contenu du rapport qu’il remettra prochainement à Dominique de Villepin, Gilles de Robien a évoqué « un redécoupage de la carte par bassin », son élargissement à plusieurs établissements à l’intérieur d’un même secteur, une plus grande autonomie pour les établissements, ou encore la possibilité de « réviser périodiquement la sectorisation ».

Source AEF