Profs en ITT : les agresseurs paieront

Si l'enseignant victime d'une agression fait l'objet d'une ITT, les responsables paieront désormais la facture. Ils rembourseront à l'Etat le salaire versé à l'enseignant durant son arrêt de travail. Gilles de Robien a présenté cette mesure hier lors d'un séminaire à Paris intitulé "L'Etat, la prévention et la sécurité".

Et il a reprécisé ce matin, à l’issue d’un conseil des ministres, que lorsqu’un enseignant ne pouvait plus travailler du fait d’une agression, il était « normal que les factures de ses salaires soient envoyées aux responsables des violences ».

Il est en effet « normal » que les agresseurs paient pour ce qu’ils ont fait, et -pourquoi pas- paient aussi au sens propre du terme.

Mais est-il vraiment « normal » que l’on soit obligé d’en arriver là ?

Est-il acceptable que l’agression et l’ITT en résultant fassent partie du quotidien de l’enseignant, s’y intègrent le plus simplement du monde, au même titre que la correction de copies, l’algèbre ou l’explication de texte ?

Car il ne faut plus se voiler la face : l’enseignement fait désormais partie des métiers à risque, et la profession est d’ailleurs classée comme telle dans un dossier sur la violence publié cette semaine dans le Nouvel Obs.

Je le répète, est-ce vraiment « normal » ?

Partagez l'article

11 commentaires sur "Profs en ITT : les agresseurs paieront"

  1. Coquelicot  8 novembre 2006 à 15 h 54 min

    Non ce n’est pas normal de banaliser la violence ainsi et de trouver comme seule réponse à ce fléau une solution qui n’arrangera rien. Ok faire payer l’agresseur, on peut se dire que c’est bien, que c’est juste, mais ne faudrait-il pas plutôt chercher et rapidement des solutions pour changer les mentalités et éviter que les enseignants se fassent agresser. Non ??? Signaler un abus

  2. Francis  8 novembre 2006 à 15 h 55 min

    Je trouve que c’est une bonne idée, si vraiment ça se concrétise, les parents, qui devront payés pour les fautes de leurs chers bambins, encore faut-il qu’ils soient solvables, retrouveront peut être leur rôle de parents, et éviteront les débordements que l’on voit trop souvent… Signaler un abus

  3. luigiloiro  11 novembre 2006 à 8 h 52 min

    Pourquoi les enseignants seulement ?
    Sont-ce des chochottes ?
    Et tous les autres salariés des secteurs public ou privé, on peut cogner gratis ?
    on devient démocratique grave, mon frère !

    Aimez-vous mieux
    Aimez la RépubliqueSignaler un abus

  4. Jean Piva  22 novembre 2006 à 20 h 13 min

    Bravo … je viens d’avoir une ITT d’un mois suite à agréssion par des élèves qui n’ont du reste toujours pas été sanctionnés par le chef d’établissement. Ce n’est pas une mauvaise mesure qu’ils payent… mais c’est oublier qu’en cas de plainte au pénal suivie d’éffet, même pour choc émotionnel, les peines encourues suivant les articles 222-11 et 222-12 du code pénal sont au moins de 5 ans d’incarcération et d’au moins 75000 euros d’amende, sans compter les dommages-intérêts… le Ministre Gilles de Robien est peut-être un peu léger ! Signaler un abus

  5. ZARA  2 janvier 2007 à 16 h 27 min

    Relativisez les amis,

    l’agression est malheureusement présente partout. D’un policier ou d’un professeur, quel est celui le plus en danger dans l’exercicie de ses fonctions ?! Vous parlez de métier à risques : lequel, d’un pompier ou d’un professeur est le plus exposé ?! lequel, d’un militaire sur terrain de guerre ou d’un professeur est le plus en danger ?!
    Et les conducteurs d’autobus ou de RER ?!

    Bref, tout ceci pour vous dire d’ouvrir les yeux, les pbs sont anciens et n’ont jamais été résolus par aucun des partis politiques.

    Réprimender, c’est bien mais pas suffisant, le malaise est plus complexe que ça, c’est à nous tous de trouver les solutions, vous êtes citoyens donc acteurs.

    A vos votes.Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.