"Les facs doivent prendre les meilleurs pour devenir meilleures elles-mêmes"

Deux points de vue très intéressants sur l'université publiés hier dans Le Figaro. Celui de Gilbert Béréziat, ancien président de Paris-VI et délégué général de l'alliance Paris Universitas (qui réunit Paris-II, Dauphine, Paris-VI, Paris-III, l'Ehess et Normale Sup). Et celui de Ted Stanger, journaliste américain de "Newsweek" et auteur de "Sacrés Français !". Que disent-ils en substance ?

Ted Stanger ne passe pas par quatre chemins : pour lui, « les facs doivent prendre les meilleurs pour devenir meilleures elles-mêmes. Elles ne peuvent pas se hisser aux plus hauts rangs mondiaux avec des jeunes qui sont là pour tuer le temps ». Il en va de l’avenir de la France, car si l’université est incapable de « se refaire un prestige, c’est la fin de la France ».

Pour Gilbert Béréziat, « les bacheliers devraient avoir le droit de déposer des dossiers où ils veulent et les universités celui de les refuser. »

Ils sont très clairs quant à leur conception de la sélection à l’entrée à l’université !

Gilbert Béréziat va plus loin en défendant l’autonomie absolue des universités. Oui, mais quid du caractère national des diplômes dans ce cas ? Aucune importance, aujourd’hui de toute manière observe-t-il, « les diplômes universitaires ne sont pas équivalents ». Et de conclure : « L’excellence ne peut pas être partout ».

Pour Ted Stanger enfin, il serait temps de supprimer le bac, qui ne sert absolument plus à rien, juste à égarer plusieurs milliers de jeunes sur les bancs de la fac, où ils ne devraient pas être.

Opinions tranchées certes, mais non dénuées de fondement.

Gaspillage : tel est le mot qui résume le mieux la situation de l’université française. Gaspillage de temps, gaspillage d’intelligences, gaspillage d’énergie

Partagez l'article

2 commentaires sur ""Les facs doivent prendre les meilleurs pour devenir meilleures elles-mêmes""

  1. luigiloiro  11 novembre 2006 à 8 h 45 min

    Les classes préparatoires aux grandes écoles sont là pour raffler à l’avance les meilleurs, et les coincer dans ces écoles, en les détournant du vivier universitaire. A eux les bonnes gamelles !
    Aux autres (ceux à qui les parents n’ont pu favoriser le meilleur parcours …) la maigre pitance du tout venant démocratiquement nivelé pour "tous" …
    Quelles sont les origines socio culturelles des zeureux zélus ?
    enfants de cadre sup’… prof. libérales… d’enseignants ? ……
    Lurons, Luronnes, regardez les chiffres !
    Aimez la République.
    Signaler un abus

  2. Nicolas D  13 décembre 2006 à 16 h 18 min

    Je suis d’accord avec toi luigiloiro. les lycéens sont orientés vers les classes prépas. Et du coup les Facultés ont ceux qui suivent. (Cela ne les empêche pas pour nombre d’entre eux de réussir !!)

    Et ce n’est pas en mettant une sélection à l’entrée des universités que l’on augmentera l’"excellence" des facultés. Mais plutôt en leur donnant les moyens nécessaires pour pouvoir enseigner dans des conditions décentes. Signaler un abus

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.