Un enseignant peut en cacher un autre

Enseignant en Finlande pour des classes d’enfants handicapés ou « en difficulté », Mikko Asikainen est également formateur de futurs instituteurs à l’Université d’Helsinki. Passionné par son métier, il ne cache pas que le système scolaire finlandais lui facilite grandement la tâche.

Mikko Asikainen est instituteur à l’école primaire de Herttoniemi, une banlieue proprette d’Helsinki, capitale de la Finlande. Travaillant avec des enfants handicapés et ayant gardé contact avec son ancienne classe d’élèves “en difficulté”, Mikko est animé d’une énorme motivation. Et elle est immédiatement perceptible.


« Je n’ai jamais pensé enseigner à des élèves dits “normaux” et ne l’ai jamais fait ». Il conçoit son travail d’enseignant comme une mission : donner aux élèves la meilleure confiance en soi et le maximum d’autonomie possible. « Nos gosses doivent arriver à se dire : “Quoi qu’il arrive, je réussirai à me sortir correctement de cette tâche par mes propres moyens” », s’enthousiasme Mikko qui poursuit : « L’objectif est que nos élèves des classes EMU1 (enfants en difficulté) trouvent un travail comme tout le monde et que nos élèves des classes EHA12 (enfants handicapés légers) deviennent autonomes, décrochent un travail dans leurs cordes et aient un logement à eux, sachant que la Ville d’Helsinki met à leur disposition plusieurs immeubles ». Au terme de dix ou onze ans de cycle scolaire (école primaire et collège), les élèves EHA1 doivent encore faire trois ans de lycée obligatoirement à proximité de leur domicile. En principe toutes les orientations leur sont ouvertes, le système finlandais étant souple et très décloisonné.


 


Développer la communication et sociabilité


« Pour moi, l’enseignement spécial, EMU et EHA1 compris, doit éviter l’écueil de la focalisation sur un thème fixe. En géographie, par exemple, on évite le “Aujourd’hui, tout savoir sur la Pologne”. Chez nous l’aspect primordial reste la communication avec les élèves et la sociabilité », insiste-t-il. Et Mikko ne cache pas que le système scolaire finlandais lui facilite grandement la tâche. « L’Education Nationale finlandaise se démène afin qu’aucun élève ne sorte du circuit » assure Mikko qui explique qu’une classe EMU comprend deux enseignants et dix élèves au maximum, tandis qu’une classe EHA1 compte huit élèves accompagnés de trois enseignants. Cette approche nordique donne des résultats intéressants puisque 60% d’élèves EMU décrochent un diplôme professionnel.


 


Former les formateurs


Mikko forme également les futurs enseignants des “classes spéciales” à l’Université d’Helsinki. Il s’est spontanément proposé pour ce poste afin de leur transmettre son credo : s’efforcer d’obtenir une communication optimale avec l’élève et ne perdre le contact avec lui sous aucun prétexte.


Mikko a intégré l’Education Nationale relativement tard : ce n’est qu’à 25 ans qu’il a commencé son cursus pour devenir instituteur. Auparavant il avait fait trois ans d’études pour devenir “pédagogue Steiner” : « Il me semble que la façon dont le système Steiner met en avant l’anti-autoritarisme est intéressante. Mais j’ai trouvé que la ligne de ce système n’était pas suffisamment rigoureuse. Trop souvent il suffisait de savoir jouer d’un instrument de musique devant une classe et j’aspirais à une voie plus exigeante. Je me suis donc dirigé vers l’enseignement “traditionnel”, même si dans ce cadre je continue à être hors-normes », conclut-il.


 


Jean-Pierre FRIGO, à Helsinki


 


(1) EMU:abréviation de « mukautettu opetus » en finnois, classes qui proposent une éducation adaptée aux besoins spécifiques de l’enfant en difficulté


(2) EHA1: abréviation de « harjaantumisopetus » classes qui proposent une éducation adaptée aux enfants handicapés légers


(3) La pédagogie Steiner repose sur les enseignements de Rudolf Steiner (1821-1925) et propose de mettre au centre du système éducatif l’individualité de l’enfant. Controversées en France, les écoles Steiner sont le plus important groupe d’écoles privées en Finlande (source Eurydice, réseau d’information sur l’éducation en Europe)

Mikko Asikainen en 5 dates :

1963 : Naissance à Pudasjärvi (Finlande du Nord)


1984-87 : 3 ans d’études pour devenir “pédagogue Steiner”. Renonce cette ligne d’éducation.


1988 : Décide de devenir enseignant. Intègre l’Éducation Nationale finlandaise.


1991 : commence  à enseigner en classe EMU (classe spéciale pour élèves “difficiles”)


depuis 2001 : Cumule les classes EMU et EHA1 (enfants handicapés).

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.