Théâtre jeunesse : sortie du premier répertoire

Pour la première fois, un répertoire critique du théâtre contemporain pour la jeunesse vient d’être publié (A la découverte de cent et une pièces, éditions Théâtrales et Sceren Grenoble). Marie Bernanoce, l’auteur, agrégée de Lettres, maître de conférences à Grenoble 3, qui a sélectionné plus de 100 pièces, nous explique à quel point il était temps de consacrer un ouvrage à ce genre littéraire méconnu.

Votre livre est le premier du genre. Répond-il à une demande, en particulier de la part des enseignants ?

Oui, il correspond à une demande du public et s’adresse aux comédiens mais aussi aux enseignants. Ces derniers connaissent peu en général le répertoire du théâtre contemporain, et quasiment pas celui du théâtre jeunesse. J’ai pu le constater en tant que formatrice à l’IUFM et dans la formation continue auprès des professeurs du second degré. Par contre, quand on fait découvrir ces textes, l’accueil est très enthousiaste. J’ai d’ailleurs commencé en écrivant des notes de lecture dans les revues du CRDP de Grenoble, car il n’y existait presque aucune critique de pièces de théâtre jeunesse. L’objectif de cet ouvrage est de contribuer à combler ce manque et de mieux faire connaître ce répertoire.

Quel est précisément le statut du théâtre jeunesse à l’école aujourd’hui ?

Son statut n’est pas le même dans le premier et dans le second degré. Il est présent dans les manuels scolaires du premier degré et les enseignants ont commencé à prendre l’habitude de travailler avec ce matériau en classe. La raison ? La place faite au théâtre jeunesse dans les documents d’accompagnement des programmes officiels pour le cycle 3 : la liste de littérature jeunesse comprend 20 titres de théâtre jeunesse. Le rôle des programmes officiels est fondamental. Au collège par contre, la situation est terrible : ce genre littéraire est beaucoup trop mis de côté. Il est exclu des listes d’œuvres proposées par les documents d’accompagnement qui ne comportent pas de rubrique théâtre, les programmes officiels eux ne recommandant que Molière et quelques quelques fabliaux du Moyen Age… Enfin, au lycée, une large place est faite au théâtre, par l’objet d’études « texte et représentation », mais pas de théâtre jeunesse.

A quelle tranche d’âge s’adresse le théâtre jeunesse ?

Les meilleurs de ces textes peuvent être travaillés de la maternelle à la terminale. Ils commencent aussi à faire l’objet d’études à l’université. D’ailleurs au départ, certaines pièces analysées dans mon livre ont été publiées en théâtre tout public, par exemple Monsieur Fugue ou le Mal de terre de Liliane Atlan. Et les auteurs de pièces de théâtre jeunesse sont des auteurs de théâtre avant tout.

En quoi le théâtre jeunesse touche-t-il, plus que le théâtre tout public, les enfants et les adolescents ?

Il s’agit là d’une question difficile. Dans beaucoup de pièces que j’ai sélectionnées, il y a toujours, sans que ce soit didactique ou moralisateur, une portée éthique, à hauteur des qualités d’écriture. J’ai choisi de privilégier cette esthétique par rapport à d’autres (en particulier ce que l’on nomme théâtre du quotidien). Dans ces pièces, il y a toujours une porte ouverte pour le lecteur du côté de l’imaginaire et de la poésie. C’est précisément ce qui touche les jeunes. Travailler sur des pièces qui ne débouchent que sur du noir (ou a contrario qui n’abordent que du comique) pose problème avec des enfants et des adolescents. Je vais vous donner un exemple : dans la pièce de Liliane Atlan, Monsieur Fugue, la thématique, terrible, est celle des enfants juifs déportés dans les camps de la mort. La pièce met en scène l’histoire, vraie, d’un médecin juif qui accompagnait les enfants jusqu’au bout, et réussissait à les faire rire, à leur faire retrouver grâce à l’imagination, grâce aux mots, la part d’humanité qu’on cherchait à détruire en eux.

Souvent les thèmes abordés sont très graves : l’holocauste, l’enfance battue, la guerre…

Oui, c’est vrai, mais ces pièces comportent toujours un aspect positif. Pour compléter l’exemple de Monsieur Fugue, je citerai Debout de Nathalie Papin. Il s’agit d’un sujet très grave : la volonté de suicide d’un enfant. Mais la pièce raconte comment l’enfant va se reconstruire. Debout propose une forme de parcours initiatique.

Une sorte de « roman de formation des temps modernes » ?

Oui, exactement. Un roman de formation sous la forme très contemporaine d’une pièce de théâtre.

Quels sont vos auteurs favoris ?

La réponse est dans le livre : ceux dont j’ai retenu le plus de pièces ou analysé très longuement les oeuvres! Je dirais,s’il faut choisir, Nathalie Papin, Philippe Dorin, Fabrice Melquiot, Joël Jouanneau… Leur écriture s’ancre dans un univers personnel très fort, avec une vision du monde indéfectiblement liée à leur style dramatique. Je dois néanmoins moduler ces propos : certains auteurs en effet sont peu présents, tout simplement parce qu’ils ont encore peu publié pour les jeunes! Leur écriture me semble néanmoins fort intéressante, par exemple celle de Philippe Aufort, Sylvain Levey ou Dominique Richard … Mais à un degré ou à un autre, toutes les pièces de ce répertoire ont leur intérêt, sinon je ne les aurais pas retenues!

Quel conseil donneriez-vous aux lecteurs pour profiter au mieux de votre livre, et s’initier au théâtre jeunesse ?

Il serait bon tout d’abord d’en lire, d’en lire beaucoup ! De se laisser porter par ces textes, et de s’attacher à la matière littéraire du texte de théâtre autant qu’à son analyse dramaturgique. Sans remettre en question tout ce que la sémiologie du spectacle a apporté à la compréhension du texte dramatique, je crois cependant, comme d’autres, qu’on est allé un peu trop loin en oubliant le matériau premier. Il faut trouver une lecture immédiate, proche des sensations et de l’émotion qui peuvent naître des mots, en rêvant les personnages et la scène.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.