40% d’échec en première année, ce chiffre est ahurissant. Qui sait si une présélection des dossiers ne serait pas finalement une bonne idée ? Après tout entre-t-on en prépa ou en IUT sans avoir été rigoureusement choisi ?

A suivre peut-être en France, une idée qui nous vient des Etats-Unis. Pour permettre aux jeunes de mieux choisir un métier, les établissements sollicitent régulièrement les parents, qui viennent tout simplement parler aux élèves de leur profession. Le monde professionnel et le monde scolaire y sont beaucoup moins cloisonnés.

Faire se rencontrer les deux univers, guider sérieusement le jeune dans son projet d’étude et retenir seulement, en connaissance de cause, les dossiers les plus adaptés à une voie particulière : serait-ce là l’amorce d’un fructueux renouveau ?