Le bon usage des cahiers de texte

Coauteur du "Manuel de savoir-vivre à l’usage des enseignants"1, Frédéric Teillard est professeur de lettres en collège et lycée depuis 25 ans. Il nous explique comment utiliser efficacement les cahiers de texte.

Dans quel esprit utilisez-vous le cahier de textes ?

Quand mes élèves entrent dans la classe, ils trouvent toujours sur le tableau le programme de ce qui va se passer pendant le cours, ainsi que le travail qu’ils devront effectuer pour la fois suivante. Je leur demande donc de noter leurs devoirs dans le cahier de textes, au moment qui leur paraît le plus propice. Certains le font tout de suite, d’autres attendent davantage… De temps en temps, je rappelle simplement qu’il ne faut pas oublier cette tâche. L’objectif, c’est de ne pas ressembler à la caricature de l’enseignant qui s’exclame « sortez vos cahiers de textes ! », au moment où la cloche sonne. Parce que cette méthode, c’est l’assurance que les éléments seront mal notés, ou pas notés du tout.

Des vérifications régulières font-elles partie du bon usage du cahier de textes ?

Dans les petites classes, oui. En début de sixième, par exemple, l’utilisation du cahier de textes revêt une importance qu’elle n’avait pas dans le primaire. Je commence donc par exposer les quelques points qui me semblent importants pour que le cahier de textes soit bien tenu : la matière dans la colonne de gauche, la date et la nature du travail dans les colonnes correspondantes, tirer des traits entre les travaux pour les séparer, trouver un signe permettant de distinguer ce qui a déjà été effectué… Ensuite, je prends une dizaine de minutes toutes les semaines pour inspecter quelques cahiers de textes et voir comment ils sont tenus. Pour les plus âgés, la vérification s’effectue de façon ponctuelle, en cas d’erreur : quand un élève n’a pas effectué le travail que je lui avais demandé, mon premier réflexe consiste à lui demander de me montrer ce qu’il avait inscrit dans son cahier de textes.

Pour vous, le cahier de textes est-il un simple aide-mémoire ou constitue-t-il déjà un outil pédagogique ?

C’est essentiellement un aide-mémoire. Quand j’organise un travail en séquences au collège, je fournis un outil pédagogique aux élèves, un planning des quelques semaines à venir. Mais cette feuille de route est bien distincte du cahier de textes. Ce dernier me permet toutefois de recueillir beaucoup d’informations sur son propriétaire : la capacité à recopier ce qui est inscrit au tableau, l’investissement dans le travail à la maison, la capacité d’organisation… En ce sens, c’est donc aussi un outil d’apprentissage, qui permet d’apprendre méthode et rigueur, d’associer gestion du temps et capacité d’anticipation.

Et le cahier de textes de classe ?

Le problème, c’est que le saucissonnage du temps dans le système scolaire nous amène trop souvent à le remplir à la hâte et de façon très succincte. Cela ne permet pas de donner une image correcte de l’activité au sein de la classe. Pendant une période, je l’ai fait remplir par les élèves, afin de leur confier des responsabilités. Mais si les plus jeunes sont friands de ces « corvées honorifiques », les adolescents sont plus réticents. Et, pour eux aussi, c’est du temps pris sur autre chose. Aujourd’hui, je ne le remplis plus, car il n’est destiné qu’à permettre à un chef d’établissement ou à un inspecteur de s’informer sur ce qui est réalisé dans la classe. Mon expérience m’a prouvé que les premiers ne les utilisent pas, faute de temps. De plus, je conserve des documents et des traces du travail effectué, que je tiens à la disposition des inspecteurs. Et, s’ils veulent connaître la liste des devoirs donnés aux élèves, je leur propose de consulter les cahiers de textes individuels.

(1) Ecrit avec Boris Séguin

Propos recueillis par Patrick Lallemant

Cahier de textes ou agenda ?

Pour les plus jeunes, j’impose un véritable cahier de textes, à l’ancienne, pendant un trimestre. Ils n’ont ensuite la possibilité de passer à l’agenda que lorsque j’ai constaté que le cahier de textes est correctement tenu. Mais je n’ai pas envie de les priver de l’agenda qui est un objet dans lequel ils s’investissent. C’est, pour moi, un vrai lien entre la vie scolaire et la vie tout court.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.