Jean Piaget, psychologue ou pédagogue ?

Présenter Jean Piaget comme un éducateur peut surprendre sauf à considérer son œuvre dans sa globalité. Car, si ce psychologue et épistémologue suisse n’a jamais exercé cette profession, il n’en a pas moins révolutionné l’approche de la pensée enfantine et marqué profondément la pédagogie.

Né en 1896, d’un père « à l’esprit scrupuleux et critique » et d’une mère qui l’ouvre à la psychanalyse, le jeune Piaget répond très tôt aux appels de la science. Après un premier article publié dès 11 ans, le collégien devient l’assistant du directeur du Musée d’histoire naturelle de Neuchâtel. A la mort de celui-ci, son jeune disciple n’a pas son baccalauréat mais publie dans de prestigieux magazines et se voit proposer des postes de conservateur ! Cette formation précoce – Piaget obtient son doctorat de sciences en 1918 – déterminera la suite de ses études et de sa carrière : très tôt, il décide de se consacrer à l’explication biologique de la connaissance. Comment l’intelligence se forme-t-elle ? C’est en questionnant cette problématique qu’il se penche sur la pensée enfantine.


 


Les grands principes piagétiens


 


Paris, 1919. Le jeune diplômé collabore à une étude à laquelle participe des écoliers… et pose la première pierre à son édifice : rompant avec les méthodes en vigueur, il met au point son propre mode d’entretien proche de la discussion1. Cette approche attire immédiatement l’attention d’Edouard Claparède, directeur de l’Institut Rousseau2, qui l’invite à le rejoindre. Une aubaine pour Piaget ! De 1923 à 1935, il mène une entreprise inédite sur ce terrain privilégié : l’observation et la présentation de l’univers enfantin dans ses manifestations les plus diverses. Cinq ouvrages fondamentaux émergent de cette période féconde où Piaget systématise sa pensée. Marié et père de trois enfants, il observe sa propre descendance pour aboutir au concept-clé de sa théorie : celui des stades opératoires de développement3 qui permettent à l’enfant de construire ses connaissances dans et par l’action4.


 


Un projet éducatif ?


 


Au fil des années, celui qui aime à répéter : « Je n’ai pas d’opinion en pédagogie »5, s’engage pourtant sur le terrain éducatif. Devenu co-directeur de l’Institut, il prend en 1929 les rênes du BIE6. Une mission acceptée presque malgré lui mais qu’il assumera pendant 39 ans ! Et c’est finalement dans ce cadre, et plus particulièrement dans ses discours annuels, que s’expriment ses convictions en matière éducative : définissant l’éducation comme enjeu majeur de toute civilisation, il émet le principe d’une école sans contrainte où l’élève expérimente, tâtonne et doit travailler activement. L’apprentissage est donc affaire de pratique : l’élève ne doit pas simplement regarder des expériences faites en classe par le maître, ni même se contenter d’exercices prédigérés et formatés7. Fidèle à son credo scientifique, Piaget ira jusqu’à préciser sa pensée sur l’enseignement de certaines matières et conseiller aux enseignants d’adapter leurs interventions au niveau opératoire atteint par l’élève.


 


Epistémologie et postérité


 


Chez Piaget, cette incursion dans le champ éducatif sert, au même titre que ses autres travaux, un objectif premier : retracer la naissance de l’intelligence chez l’enfant pour comprendre celle de toute connaissance humaine. Pour atteindre cet objectif, il s’attèle à la création, en 1955, d’un centre dédié à l’épistémologie. Au cours de cette période, Piaget aboutit à une autre règle éducative, selon laquelle, pour bien comprendre, l’apprenti doit reconstruire le cheminement du geste initial jusqu’au concept. Ainsi se dessine l’héritage, multiple et transversal laissé par Piaget. Il a non seulement marqué l’Education nouvelle qui met en pratique l’idée de la participation active, mais il a aussi contribué à la promotion internationale de l’instruction.


 


Cécile Desbois


 


(1) L’enfant pouvait notamment relire les énoncés, demander des explications, s’imprégner du problème.


(2) Inscrit dans le mouvement de l’Education nouvelle qui défend le principe d’une participation active des individus à leur propre formation, l’Institut Jean-Jacques Rousseau était un centre de formation des enseignants et de recherche en éducation.


(3) Au stade sensori-moteur (0-2 ans), succéderaient les stades pré-opératoire (2-7 ans), des opérations concrètes (7-12 ans) puis formelles (à partir de 11-12 ans).


(4) Pierres angulaires de son œuvre, La naissance de l’intelligence chez l’enfant (1936) et La construction du réel (1937) systématisent sa pensée. Parmi les mécanismes les plus connus : la « permanence » de l’objet (lorsque l’enfant devient capable de se représenter l’existence et les déplacements d’un objet qui a disparu de son champ visuel), l’« assimilation » ou encore l’« accomodation ». Définitions disponibles sur le site de l’Université de Genève.


(5) Dans J-C Bringuier, Conversations libres avec Jean Piaget, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 194. Piaget aimait aussi rappeler que « le rôle du psychologue est avant tout de donner des faits que peut utiliser la pédagogie et non de se mettre à sa place pour lui donner des conseils. »


(6) Le BIE (Bureau international de l’éducation) naît à Genève en 1925 avec la vocation essentielle d’améliorer l’enseignement à l’échelle internationale. Piaget et son collègue Pedro Rosselo ont fait avancer la cause de l’éducation à l’échelle internationale en publiant chaque année un Annuaire international de l’éducation, panorama des évolutions éducatives dans les pays membres du BIE.


(7) Sur l’apprentissage des langues vivantes, Piaget dira notamment : « apprendre la langue le plus directement possible, pour savoir la dominer, puis réfléchir sur elle pour en dégager une grammaire ».

Jean Piaget en 5 dates

1919 : met au point une méthode d’entretien inédite dans le cadre d’une étude


1920 : rejoint l’Institut Jean-Jacques Rousseau, à Genève


1929 : devient directeur du Bureau International de l’Education


1932 : étudie le comportement de ses enfants pour définir les stades de développement de l’intelligence


1941 : se consacre à la pensée opératoire de l’enfant en se centrant sur la logique

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.