Dans son livre « Réveille-toi Jules Ferry, ils sont devenus fous » (Oh! Editions), Emmanuel Davidenkoff critique ouvertement les programmes et les manuels scolaires qui en découlent. Il estime notamment que les livres d’histoire-géographie privilégient les documents au détriment du savoir.

Nathan, principal éditeur de livres scolaires, juge ces critiques très injustes. L’éditeur estime que ses ouvrages tiennent compte du format des épreuves du brevet et du baccalauréat, où l’analyse de documents est essentielle. Nathan précise par ailleurs que les manuels gardent une place essentielle au savoir.

L’éditeur rappelle que les ouvrages scolaires sont rédigés par une équipe, de 5 à 12 auteurs, qui sont des enseignants de terrain. Puis d’autres enseignants testent le manuel aux différentes étapes de sa réalisation. En revanche Nathan reconnaît qu’il est difficile qu’un ouvrage réponde « à la fois aux attentes des enseignants, des élèves et des parents. ».

Source : AEF